DETTE, IMPÔTS, FONCTIONNEMENT, GRENOBLE AU PLUS MAL

Publié par Les Républicains 38 le

Même si ces choses là sont exprimées délicatement, l’audit réalisée par la municipalité Piolle (Verts/PG) sur les 10 dernières années de gestion Grenobloise est accablante pour la gauche.

Ou que l’on se tourne à la lecture de ces 90 pages accessibles sur le site de la ville, on prend le tournis.

UNE DETTE de 17 00 € PAR HABITANT ( contre 1514 € en Moyenne)

La dette?  Elle est de 1700 € par habitant alors que la moyenne de la strate des villes à laquelle Grenoble appartient est  de 1131 € . En 1995 au départ de la municipalité UMP la dette par habitant était de 1514 € .

UNE EPARGNE NETTE NEGATIVE EN 2014

L’épargne nette ? ( qui permet de mesurer l’équilibre annuel des finances ) négative pendant les années de gestion PS/Verts ( 2004 à 2009) puis positive jusqu’en 2013 aprés la hausse massive des impôts de 2008  et certainement à nouveau négative en 2014!

DEPENSES DE FONCTIONNEMENT: + 25% par RAPPORT à la MOYENNE

Les dépenses de fonctionnement?  Elles augmentent chaque année ( hormis 2012)  plus vite que les recettes . Elles sont supérieures de +25% par rapport aux villes de la strate comparable à Grenoble. 1774 € par habitant à Grenoble contre seulement 1330 € dans la strate des villes de plus de 100 000 habitants.

LA PREMIERE VILLE de FRANCE pour l’IMPÔT sur les MENAGES

L’impôt ? Grenoble est la première ville de France pour l’impôt sur les ménages avec un taux de Taxe Fonciére de 36,73% ( contre 23,08% pour les villes de la strate comparable) et un taux de Taxe d’Habitation de 21,52% ( contre 20,01% pour les villes de la strate comparable) . L’impôt direct collecté à Grenoble est de  833 € par habitant contre 586 € dans la strate des villes comparables. Chaque Grenoblois paie chaque année en moyenne 247 € de plus qu’un habitant d’une ville comparable.

LE NOMBRE d’AGENTS a AUGMENTE MALGRE les TRANSFERTS à la METRO

La masse salariale? Elle explose. Alors qu’un service entier a été transféré à la Métro elle sera de 140 000 000 M€ contre 120 000 000 M€ en 2004 soit 50% des dépenses de fonctionnement, elles mêmes 25% plus élevées que la moyenne. Avec 4529 agents en 2013 la ville a encore augmenté ses agents de 326  depuis 2008.

L’ABSENTEISME du PERSONNEL DEPASSE les 10%

Absentéisme du personnel? Il augmente régulièrement pour atteindre 10,49% du personnel . 63 076 jours d’absence ont été totalisés en 2013. Ce nombre augmente chaque année en particulier depuis 2009 tout comme la durée moyenne de l’arrêt qui atteint maintenant prés de 19 jours contre seulement 13 jours en 2008.

L’ASSISTANAT EXPLOSE

L’assistanat ? Le Centre Communal d’Action Sociale est devenu le premier de France après Paris. Sur la période 2004 à 2013 la subvention a augmenté de + 23% . Entre 2007 et 2013 la subvention de la ville a augmenté de prés de 5 M€ . Elle atteint exactement 24 699 900 € démontrant par les chiffres la paupérisation de Grenoble.

LE CLIENTELISME COÛTE CHER

Le clientélisme ? La Cordée à Villeneuve perçoit de la ville 336 000 € de subvention en augmentation de 41 % et qui représente 76 % de ses recettes. Le Plateau à Mistral perçoit 350 000 € qui représentent … 91 % de ses recettes. En augmentation de +39%.Hassen Bouzeghoub directeur du Plateau  figurait même sur la liste Safar(PS) . Les deux quartiers ont donné… 90% des voix au PS et aux Verts/Ades.

Pour ceux qui veulent aller plus loin le site de la ville de Grenoble donne accès à ce document.

DL Impôts

E.PIOLLE (Verts/PG):  » ON ALLAIT DANS le MUR »

Eric Piolle (Verts/PG) l’a commenté mardi soir sur FR3 en expliquant  » qu’on allait dans le mur » . Ses solutions? il faut le citer dans le texte pour comprendre que la période Destot du creux et du vide n’est pas achevée. C’est elle qui conduit Grenoble à cette situation.
Face à l’état catastrophique des finances Eric Piolle veut  » mettre en oeuvre un cap politique et une nouvelle impulsion pour garder ce cap politique « (!).  Plus précis encore :  » il faut être lucide sur le contexte pour faire des choix politiques forts pour l’avenir » .

SA SOLUTION: UN CHANGEMENT de REGARD » (!)

Toujours mieux:  » il faut construire des solutions qui soient effectivement des changements de regards » .

Pour la route:  » On allait dans le mur , il faut une nouvelle impulsion pour ne pas aller dans le mur » .

Comme sur FR3 Eric Piolle a cité l’héritage de la municipalité UMP d’Alain Carignon d’il y a 20 ans comme cause des difficultés , l’ancien Maire a immédiatement demandé un débat sur les finances de Grenoble.

E.PIOLLE A ACCRU LA DETTE DES JUILLET

Dans son communiqué l’Ancien Ministre  commente le Maire :  « Grenoble « allait dans le mur « annonce Eric Piolle . Sauf que Grenoble est dans le mur puisque lui-même a accru la dette de 13 M € dés le mois de juillet dernier au lieu de tirer les conséquences de la situation en engageant des réformes de structures.

BILAN de la GESTION PS/VERTS EN 2008: + 9% d’IMPÔTS

« Les chiffres de l’audit témoignent qu’il a fallu solder la  période catastrophique des 13 années de gestion PS/Verts de 95 à 2008 en augmentant les impôts de + 9% en 2008 .

Ajoutant : « Les impôts n’ont pas été augmentés en 1995 après ma propre gestion parce que les marges de manœuvres étaient fortes malgré la communication intensive de mes opposants. Une gestion qui a au contraire permis à Grenoble les grands investissements dont la ville s’enorgueillit encore aujourd’hui.

A.CARIGNON:  » JE RECLAME UN DEBAT sur les FINANCES de GRENOBLE »

Alain Carignon indique  » puisque la municipalité Piolle met en cause « l’héritage « d’il y a 20 ans afin d’échapper à ses écrasantes responsabilités dans la dérive qu’a connu Grenoble, je réclame un débat avec l’Adjoint responsable afin d’échanger en toute sérénité et de permettre aux grenoblois de juger en toute connaissance de cause.  Le seul moyen de démontrer que sa communication n’est pas une posture est d’accepter la confrontation. » .

M.CHAMUSSY :  » LA NOUVELLE EQUIPE REGLE SES COMPTES »

Pour Matthieu Chamussy Conseiller municipal UMP et Président du groupe d’opposition :« La nouvelle équipe règle ses comptes avec la précédente, pas sûr que cela intéresse les Greno­blois. Mais c’est plus facile de parler du passé que de réfléchir à l’avenir. C’est plus facile de démonter quelques panneaux publi­citaires que d’améliorer la propreté de la ville. C’est plus facile de démonter quelques caméras de vi­déosurveillance que d’agir pour la sécurité des Greno­blois. C’est plus facile de supprimer des manifesta­tions sportives et culturel­les au Palais des Sports que d’en faire venir de nouvel­les…

BAISSE des SUBVENTIONS, DEGRADATION du SERVICE PUBLIC

« En fait, la municipali­té veut, à l’avance, se dé­douaner de la responsabili­té des mauvaises nouvelles pour l’année prochaine : baisse des subventions aux associations, fermeture de certains équipements, dé­ gradation du service public rendu aux Grenoblois »conclu M.Chamussy.

L’audit réalisée par la municipalité Piolle, malgré ses insuffisances et sa partialité , éclaire particulièrement la sombre période que Grenoble vient de traverser: tous les clignotants de la ville sont au rouge. Difficile de l’attribuer à la municipalité qui gérait Grenoble il y a 20 ans et dont le bilan en équipement parle pour elle.

Difficile pour la municipalité Piolle d’échapper à la période 95/2008 ou les Verts/Ades cogéraient la ville avec Destot/Safar.

Difficile d’assumer maintenant les conséquences de cette gabegie et de cette irresponsabilité devant les Grenoblois. C’est maintenant que tout commence avec le temps de ces  bilans désastreux.

 

Catégories : Actualité