DESTOT(PS): « L’URBANISME des ANNEES 70 N’A PAS TENU SES PROMESSES »(!)

Publié par Les Républicains 38 le

Toujours dans cet étrange texte de départ publié sur son blog le 5 mars celui qui est Député de Villeneuve depuis 25 ans – avec le résultat que l’on sait  – écrit d’un trait : « L’urbanisme des années 60 et 70, le socio-culturel entretenu dans la nostalgie de Leo Lagrange, n’ont pas vraiment tenu leurs promesses et contribué à tirer vers le haut et le large! » .

Fermez le banc. En une ligne M.Destot (PS) condamne l’urbanisme de Villeneuve et tout l’accompagnement socio culturel du quartier soutenu pendant 40 ans.(VILLENEUVE : L’UMP38 DEMANDE RÉPARATION POUR LES HABITANTS)

POURQUOI DESTOT NE L’A T IL PAS DIT ?

Avec quel coût pour le contribuable Grenoblois qui en paie la note par ses impôts locaux les plus élevés de France. Mais que ne l’a t il dit quand il était Maire ? Pourquoi n’en a t il pas tiré les conséquences ?

On est au comble du système Destot qui se caractérise par la seule volonté de durer a tout prix. Même au prix du silence sur ses convictions. Affirmant même encore l’inverse (M.Destot (PS): « Je serai là pour la 1ere pierre de l’Esplanade »)

IL A PRÔNE LE CONTRAIRE DE CE QU’IL PENSE

Voici un Député PS qui se fait réélire dans un quartier en prônant le contraire de ce qu’il pense dans son for intérieur . Estimant -si on le comprend bien- que cet urbanisme et son accompagnement socio culturel ne contribuent pas à tirer les hommes vers «  le haut et le large «  c’est à dire les tire vers le bas et accompagnant allègrement cette politique.

Puisque en attendant tout va bien pour lui. D’ailleurs il explique qu’il aime bien voyager… (M.DESTOT (PS) AVOUE QU’IL N’A JAMAIS AIME la PROXIMITE)

L’URBANISME à GRENOBLE : UN GRAND BOND EN ARRIERE

Et tout à sa tentative  de justification de son indifférence, il en vient même à faire une croix sur les Groupe d’Action Municipale (GAM)  afin de tenter aussi d’amoindrir la figure de Dubedout : «  Comment, en 2014, vouloir en revenir aux GAM des années 60, alors que tout est mondial ? Je me souviens de mes derniers échanges avec Hubert Dubedout, qui regrettait de s’être laissé entrainer à Grenoble, au nom de la dictature de l’utopie vers beaucoup de repli sur soi et de laideur… Il y a des utopies salvatrices qui font rêver et qui permettent des progrès extraordinaires. Et il y a des utopies qui sont des grands bonds en arrière.La Chine n’est pas seule détentrice de ces mouvements erratiques! ».

DESTOT RECONNAIT LA LAIDEUR

Ainsi M.Destot reconnaît la laideur , le repli sur soi, le grand bond en arrière qui a été imposé à Grenoble par les municipalités socialistes. Va t il aller plus loin et citer ses réalisations les plus récentes ? Va t il admettre que l’esplanade, le Polygone et ses 15 000 futurs habitants sont le calque parfait de ces utopies qui ont produit laideur et repli sur soi?

Déjà caserne de Bonne des habitants se plaignent du  fonctionnement des logements conçus pour faire leur bonheur malgré eux! Résultat , ils n’ont pas le droit de laver le sol , et ils retrouvent des limaces et des araignées dans leurs appartements .(GRENOBLE: DANS les ECOQUARTIERS C’EST l’HABITANT QUI POSE PROBLEME)

DESTOT CONDAMNE DESTOT DANS LE DOMAINE de l’URBANISME

Pourquoi M.Destot se lâchant maintenant sur ces fautes dont les Grenoblois sont victimes a t il été le Maire qui a continué à couvrir cette évolution avec ses déclarations lénifiantes? Pourquoi n’ a t il jamais osé exercer sa fonction et son autorité pour stopper ces projets qui ne donnent satisfaction qu’à ceux qui les portent? (POLLUTION DE L’AGGLO: la DENSIFICATION EN ACCUSATION)

Alain Carignon a le mieux résumé les mandats de M.Destot qui se mesurent plus à leur longueur qu’à leur qualité : «  il a été un Maire plus commentateur que décideur ».

SI ON ECOUTE DESTOT, IMPOSSIBLE DE VOTER SAFAR

Sauf qu’en assassinant lui-même la politique  de Dubedout et la sienne , Destot condamne Destot dans un domaine clef du débat municipal d’aujourd’hui , celui de la bétonisation de la ville.(GRENOBLE: J.SAFAR (PS), ACCELERER le BETONNAGE sur la PRESQU’ÎLE)

Si les grenoblois écoutent le Destot qui s’en va , ils ne peuvent pas voter pour Jérôme Safar qui veut accélérer en la matière  » la dictature de l’utopie ( celles ) qui sont de grands bonds en arrière ». (BETON à Grenoble: MENACES sur J.VALLIER, RHIN et DANUBE, l’ALMA)

Notre photo: rue Hoche l’urbanisme Destot/Safar des années 2014

 

Catégories : Actualité