DEMOCRATIE LOCALE: Les LEURRES d’E.PIOLLE ONT ECHOUé

Publié par user1 le

Essayons de résumer. 27 Grenoblois auraient participé à la préparation du budget le 29 septembre dernier . A l’automne 500 autres grenoblois auraient voté pour trancher entre un poulailler collectif et un four à pain public dans le cadre du « budget participatif ».

De leur côté les Conseils Citoyens Indépendants ont échoué (comme prévu) avec les citoyens tirés au sort. Ils  se contenteront donc d’une quinzaine de personnes déjà très engagées politiquement pour la plupart…

LA MUNICIPALITE PIOLLE (Verts/PG) MULTIPLIE les LEURRES

Au fur et à mesure qu’elle s’enferre la municipalité Piolle (Verts/PG) multiplie les leurres, fait plancher des universitaires qui définissent gravement la démocratie participative à l’occasion de réunions confidentielles ou se retrouvent ce que Particité a appelé judicieusement les « citoyens professionnels « .

Démocratie locale

ELLE CREE des FREINS à l’INTERPELLATION du CONSEIL MUNICIPAL

Bien entendu Eric Piolle invente aussi le « droit d’interpellation » comme si celui-ci n’avait jamais existé. Toute association ou collectif qui voulait s’exprimer devant le Conseil municipal l’a toujours pu. Maintenant la municipalité crée des freins en prétendant le créer.Elle va imposer un nombre de signatures et bien entendu complexifier par des contrôles de façon a épuiser les pétitionnaires.

CREER de FAUX DEBATS sur les MOYENS AFIN d’EVITER le FOND

Ensuite il faudra juger de savoir si la question mérite d’être posée au conseil municipal ou bien débattue et pourquoi pas votée. La méthode est répétitive:créer de faux débats sur les moyens du débat afin d’éviter soigneusement le fond.Un système à la Soviétique camouflé  aux couleurs des Verts.

LA VOTATION CITOYENNE N’EST PAS VALIDEE

D’ailleurs en parallèle Eric Piolle annonce que son engagement N° 6 à savoir une consultation citoyenne à partir de 8000 signatures n’est pas validé ! Pourtant il est simple.

De leur côté les Conseils Citoyens Indépendants -eux – pourront tourner en rond sur les dossiers soumis au Conseil Municipal. Ils pourront comparer les résultats du jardin participatif de la Capuche avec celui des Eaux Claires. Indéfiniment.

L'engagement N°6 que E.Piolle ne veut pas tenir face à la montée de la colère des Grenoblois

L’engagement N°6 que E.Piolle ne veut pas tenir face à la montée de la colère des Grenoblois

AUCUN SUJET CHAUD NE PEUT ÊTRE POSE

Vous suivez ? La propreté de la ville, son embellissement, l’insécurité endémique, l’asphyxie de l’agglo avec le blocage des liaisons , la mort du commerce, la perte des emplois et la montée du chômage en paralléle ( sur la période août 2014­ août 2015, le chômage a, na­tionalement, progressé de 6,7 %, et sur l’agglomération de 11,5 % ) ne sont pas des dossiers à l’ordre du jour du Conseil.

ON NE PARLE PAS de ce QUI FÂCHE

L’entretien du patrimoine non plus. Les trottoirs qui font chuter les personnes âgées, les chaussées défoncées, les trous dans les passages protégés, la Tour Perret qui s’effondre, la pluie dans l’ancien Musée de la place de Verdun, les pierres qui se détachent de la halle St Claire pas chauffée, la fermeture de la piscine des Iris à Villeneuve faute de moyens, on n’en parle pas.

A Villeneuve Eric Piolle a fermé tout seul la piscine des Iris faute de moyens de l'entretenir. Pendant ce temps les habitants du quartier devaient voter pour savoir s'ils voulaient un four à pain collectif

A Villeneuve Eric Piolle a fermé tout seul la piscine des Iris faute de moyens de l’entretenir. Pendant ce temps les habitants du quartier devaient voter pour savoir s’ils voulaient un four à pain collectif

LA GROSSIERE SUPERCHERIE du SYSTEME

C’est impressionnant comme toutes ces questions qui préoccupent les grenoblois n’ont été posées dans aucune instance de  » démocratie citoyenne  » depuis près de 2 ans. Ce seul fait démontre la grossière supercherie du système .

POUR PARTICIPER IL FAUT PLUTÔT ÊTRE d’ACCORD avec PIOLLE

Cerise sur le gâteau L’Adjoint à tout et rien Pascal Clouaire (faux citoyen) affirme que « cette démocratie participative à la grenobloise s’’inscrit et s’’imbrique dans une vision politique plus large de « transition écologique, économique et démocratique », ( Grenews 3/11/15) .

S’AFFRONTER SUR QUOI PUISQU’ON EST d’ACCORD ?

En clair pour  participer au processus il faut plutôt être d’accord avec E.Piolle. D’ailleurs il veut « passer d’’une démocratie de l’’affrontement à une démocratie plus apaisée ».La boucle est bouclée. S’affronter sur quoi puisque les sujets de désaccords ne peuvent pas être posés ?

Sur qu’avec ces usines à gaz ces vrais sujets des grenoblois ne risquent pas de passer à travers les tuyaux. Tout est conçu pour les stopper.

Bien entendu dans aucune des usines à gaz mise en place la question de l'insécurité n'a été abordée: elle n'existe pas

Bien entendu dans aucune des usines à gaz mises en place la question de l’insécurité n’a été abordée: elle n’existe pas

CES MOYENS d’EVITEMENT VONT EXPLOSER en VOL

Mais la question mérité d’être posée:  les groupuscules qui ont conçu ces moyens d’évitement des sujets ont ils  conscience qu’ils vont exploser en vol? On a vu ces dernières semaines ce qu’il en était sur le terrain. Economie, Culture, sport , quartiers … ces méthodes affrontent le réel qui ne disparait pas derrière le rideau de fumée. Et ça se passe très mal. Cela ne peut que s’aggraver.

LA MUNICIPALITE DESTOT (PS) AVAIT ETE PATHETIQUE

La gauche et les Verts qui administrent ensemble ou séparément Grenoble et l’agglomération depuis 20 ans ont multiplié les instances de fausses participation, la municipalité Destot livrant un festival pathétique en fin de mandat, ne parvenant même plus à trouver les mots pour habiller le vide. On se souvient même qu’ un président (PS), Président de SOS Racisme, employé de la Métro Jacques Savine  représentait les habitants  » face  » à l’élu PS dans un Conseil de secteur !

SEULE LA DROITE A DONNE la PAROLE AUX GRENOBLOIS

Il demeure au final un fait qui résume tout. Les seuls référendums décisionnels auxquels les grenoblois ont pu participer ont été organisés par une municipalité de droite. En toute transparence et honnêteté. Ils sont porté sur l’arrivée ou non du tramway à Grenoble et la création ou non de la voie sur Berge.

SEULE LA DROITE EST SORTIE des CENACLES CONFIDENTIELS

Deux sujets très controversés, avec de fortes oppositions dans les deux cas. La vertu pédagogique du référendum n’est plus à prouver. Elle a permis aux arguments d’être débattus sur la place publique et non pas dans des cénacles confidentiels réservés à des citoyens professionnels.

LA MUNICIPALITE PIOLLE VEUT CONTINUER à REFUSER la PAROLE

La municipalité Piolle veut continuer à refuser de donner la parole aux Grenoblois et délègue pour ce faire le malheureux Pascal Clouaire qui égraine  mécaniquement des formules creuses  pour gagner du temps et écoeurer ceux qui viennent pour poser les problèmes auxquels il sont confrontés

CE SERA MIEUX DEMAIN

Avec elle il n’est toujours question que des méthodes. Il faut en effet avoir l’esprit étrangement tourné pour consacrer près de 2 ans à définir les moyens par lesquels la question pourra être posée! Comme si il n’y avait pas d’urgence. Et à chacune des instances auxquelles il s’adresse  Pascal Clouaire raconte que demain ce sera mieux.

AUCUN des PROBLEMES QUI ACCABLENT les GRENOBLOIS N’A PU ÊTRE POSE

Espérant tenir jusqu’à l’orée des prochaines élections. Promenant chacun de rédaction de statuts en attente de subventions ou en « atelier de formation » . Déjà près de deux ans pendant lesquels aucun des problèmes qui accablent quotidiennement les Grenoblois n’a pu être posé  à cause de   ces pauvres stratagèmes.

LA VRAIE VIE EST ABSENTE des USINES à GAZ

Pascal Clouaire ne voit  pas que sa course est déjà achevée. Les commentateurs les mieux intentionnés sont contraints de remarquer les couacs, posent des questions sur ce fonctionnement à la Soviétique et ne peuvent que constater l’absence totale de la vraie vie grenobloise.

LES GRENOBLOIS PRENDRONT LE POUVOIR

En parallèle les Grenoblois démontrent par leur effervescence qu’ils veulent décider de leur avenir. Ils le feront en prenant eux mêmes le pouvoir par les moyens que la municipalité avait annoncé.En posant 8000 signatures sur le bureau du Maire et lui lisant son engagement N°6 ne comportant aucune ambigüité,  ils le mettront face à ses responsabilités sur un premier dossier.

Ils demanderont le vote et l’organiseront si nécessaire.

Et quand ils auront commencé….

Catégories : Actualité