DÉLINQUANCE: SI L’ÉTAT SE SUBSITUAIT à MM.PIOLLE, QUEYROS et SULLI?
Warning: Illegal string offset 'custom_subtext' in /home/republiczc/www/wp-content/themes/wppolitico/functions.php on line 226

Accueil  »  Actualité  »  DÉLINQUANCE: SI L’ÉTAT SE SUBSITUAIT à MM.PIOLLE, QUEYROS et SULLI?
8 oct 2017 06:10 Commentaires fermés user1

Faut il qu’eric Piolle le Maire (Verts/PG) de Grenoble ait rabattu de sa superbe pour signer un appel avec David Queiros et Renzo Sulli les Maires (PCF) de St Martin d’hères et d’Echirolles.

Lui, le phare grenoblois de l’entrée de la ville dans le XXI eme siècle – tel qu’il s’est lui-même défini- réduit à co-signer un communiqué de presse (DL du 5/10/17) avec deux Maires symboles du monde ancien, héritiers du productivisme communiste et de son passé totalitaire, c’est une descente vertigineuse de son piédestal.

LE FEU EST DANS LA MAISON 

D’autant qu’aux dernières élections locales il a chaque fois tenté – en vain – de substituer sa nébuleuse politique à la vieille occupation communiste de ces communes maintenue depuis 1945 par un clientélisme plus vieux que le sien.

Pour manger ainsi son chapeau et se confondre dans une posture de quémandeur de l’Etat, il faut que le feu soit dans la maison.

LES MAIRES COMMUNISTES NE SONT POUR RIEN dans la SITUATION de LEURS COMMUNES

Car la dialectique communiste est toujours répétitive: le peu que ses élus ne peuvent pas réaliser dans les communes est de la faute de « l’Etat » . Si elles sont si pauvres, si bétonnées, si délinquantes, si les populations de quartiers entiers vivent sous le joug de la délinquance , si elles sont victimes d’un urbanisme débridé aboutissant à ce qu’elles n’aient ni âme ni centre véritable et soient le plus souvent des cités dortoirs, les maires communistes successifs n’y sont pour rien!

HÉRITANT D’UN TERRITOIRE VIERGE EN 1945, ILS ONT CRÉÉ des BANTOUSTANS ÉLECTORAUX 

Ils ont pourtant hérité en 1945 d’un territoire quasi vierge , d’un gros village,  dont ils auraient pu penser le développement autour de principes structurants.
Mais tout à leur volonté de créer des fiefs politiques ils ont choisi de créer des sortes de Bantoustans électoraux . Au détriment de la qualité de vie des populations, du vivre ensemble et de la mixité sociale , laquelle – on l’a oublié-  signifie mélanger les classes sociales et non pas en accueillir une seule, c’est à dire intégrer aussi des revenus élevés afin de ne pas confiner une population dans un ghetto social , avec la pauvreté pour seul modèle et perspective.

TOUJOURS PLUS de L’ÉTAT EN PRENANT AUX RICHES…

On retrouve donc à chaque étape les Maires communistes en train d’utiliser leur mairie comme instrument de propagande, se dresser contre l’Etat pour plus de dotations, plus de ceci ou plus de cela, l’argent devant être évidemment pris «  aux riches ».

Peu importe pour eux en effet que la France avec 57 % de prélèvements obligatoires sur la richesse produite détienne déjà le record des pays de l’OCDE. Avec l’efficacité que l’on voit.

LA RÉPONSE à la VIOLENCE QUI ENVAHIT l’AGGLO: UN APPEL à L’ÉTAT ! 

Avec la délinquance et la montée de la violence qui bat tous les records dans l’agglomération grenobloise, alors que le Maire de Grenoble est gravement mis en cause par ses annonces et ses mesures irresponsables (pas de caméras de vidéo-protection,hébergement l « inconditionnel «  des étrangers en situation irrégulière…) , alors que Grenoble vit une crise grave ( incendie volontaire d’un collège, d’une gendarmerie, agressions quotidiennes à l’arme blanche, tirs de Kalachnikov en plein centre ville à une heure de grosse fréquentation, prégnance mafieuse de plus en plus affirmée..) ces trois Maires de l’agglomération  ont trouvé la réponse.

ON REFAIT LE THÉÂTRE des ZONES de SÉCURITÉ PRIORITAIRES 

Ils ont lancé un nouvel appel à l’Etat.  « Nous, maires d’Échirolles, de Grenoble et de Saint-Martin- d’Hères, avons demandé à Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur et ministre d’État, d’expérimenter dans les meilleurs délais la “police de sécurité du quotidien” sur nos trois communes. Police qui pourra être déterminante contre les incivilités au quotidien. » .

On croit retrouver la palinodie de 2012 avec les « zones de sécurité  prioritaire «  (ZSP)  lancées par Manuel Valls en 2012 dont Grenoble et Echirolles furent dotées en 2013 ! Déjà les mêmes maires ( à un près) tenaient  les mêmes propos. 3 ans après la situation a empiré à un niveau jamais atteint.

AVEC LES ZSP LA DÉLINQUANCE a EXPLOSÉ DANS DES PROPORTIONS INÉGALÉES

Entre temps dans le secteur couvert par la ZSP on a vécu la prise en mains de Mistral par les délinquants, un théâtre ( Prémol) un club de foot , un collège (Villeneuve) une gendarmerie ( Léon Blum) qui ont brûlé , un affrontement quasi quotidien entre les forces de l’ordre et le sud de Grenoble et un nombre inégalé d’agressions violentes, de règlement de comptes de voitures brûlées dans ces territoires .

LA CAUSE ? «  GRENOBLE EST AU CARREFOUR des ROUTES EUROPÉENNES » (!) 

Afin de se dédouaner un peu plus les trois Maires pointent la situation géographique de Grenoble comme principale cause de cette délinquance! “Notre agglomération est située au carrefour des routes européennes des trafics de toute nature. » écrivent ils pour demander – logiquement – une police  qui « pourra être déterminante contre les incivilités « 

7000 ACTES DE DÉLINQUANCE de PLUS QUE LA MOYENNE des VILLES

Un pistolet à eau face aux Kalachnikovs. On se demande s’ils ont bien lu ce qu’ils ont signé tant c’est ridicule. Grenoble –lors de la dernière statistique publiée en 2015 par B.Cazeneuve alors Ministre de l’Intérieur- comptait déjà 7000 actes de délinquance de plus que la moyenne des agglomérations de même importance.

Après avoir déclaré qu’il n’avait jamais connu de ville aussi  » gangrenée et pourrie » en juillet, après la fusillade du centre ville de Grenoble,  Jean-Yves Coquillat , Procureur de la République , comparait le niveau de violence à Grenoble à celui d’agglomérations comme Paris ou Marseille! Les choix municipaux n’y seraient pour rien? Seule Grenoble  serait «au carrefour des routes Européennes «  ? Pas Lyon, pas Toulouse , pas Strasbourg, pas Lille …

LA BÉTONISATION de L’AGGLOMÉRATION FAIT EXPLOSER LA MARMITE 

Bien entendu les choix urbanistiques continus aggravés ces dernières années par la folie d’un dogme qui a mis la population au service des transports en communs – et pas l’inverse- sont une des causes de cette explosion. La « bétonisation » à laquelle sont contraintes toutes les municipalités  ajoutée à une obligation de construction massive de logement social, combinée à des attributions irresponsables aboutissent à ce résultat: des ghettos ingérables , une paupérisation accélérée et une progression inquiétante de la mafia  qui prend en mains une partie de l’économie grenobloise.

COMME UN SENS MINIMAL PERDU de TOUTE HUMANITÉ 

Le modèle  dominant dans «  les quartiers «  n’est plus l’emploi, l’effort, le mérite, mais le deal, la violence sans borne et sans une once d’humanité comme le soulignaient récemment aussi les juges pour enfants effrayées de ce qu’elles voient. Certains fuient comme on le constate  dans les chiffres des effectifs scolaires à Grenoble: le tiers du nord provient de ceux qui pratiquent l’évitement de la carte scolaire dans le  sud. Mais quand sud et nord de la ville se ressemblent?

UN HOMME « NOUVEAU » AU COMPORTEMENT TRIBAL 

L’accumulation de décennies de culture de victimisation des populations, du vieil héritage marxiste de tout ramener à la cause économique et à la faute de la société, de refus de toute borne et de frontière permettant de créer des repères, d’une overdose  de « pédagogisme «  dans l’éducation dont Philippe Meirieu , Vice Président (Verts) de Région a été le chantre dogmatique , d’apport massif de populations étrangères  auxquelles on a omis de rappeler les devoirs dus au pays d’accueil et ses valeurs, le tout  entassé dans cet urbanisme désincarné a créé une sorte « d’homme nouveau « :  plus proche du comportement tribal qu’héritier du siècle des Lumières.

LES ÉLUS PS/PC et Verts/PG  NE VEULENT PAS REMETTRE EN CAUSE LEUR POLITIQUE

Les élus PS, PC et Verts de l’agglomération ont enfanté un monstre qui est en train de les éclabousser en même temps qu’il les paralyse. Ils sont en effet incapables de se remettre en cause et surtout de remettre en cause leur politique.

LE TERREAU DANS LEQUEL UNE MAFIA ENFONCE SES PILIERS 

D’abord parce qu’elle contreviendrait à leurs intérêts électoraux: il existe un clientélisme cynique qui a une connivence a minima objective – et plus si affinités- avec le communautarisme au détriment de l’intégration , de l’égalité homme/femme et des chances données à la jeunesse de réussir dans une société occidentale aux racines judéo-chrétienne ;  avec les ghettos et la paupérisation gros pourvoyeur de suffrages de défavorisés  historiquement trompés par la gauche;   cet ensemble étant le terreau dans lequel les piliers d’une mafia s’enfoncent afin de progresser au vu de tous, pendant que ces élus regardent ailleurs.

MM Piolle, Sulli, Queiros n’ignorent rien de cette sordide réalité Afin de la cacher ils poursuivent dans les méthodes usées jusqu’à la corde pour échapper à leur responsabilité et à leur mise en cause.

Alain CARIGNON: DES QUARTIERS GÉRÉS PAR l’ETAT ? 

Au vu de l’évolution de la ville qu’il pressentait , Il y a deux ans déjà, dans le « Dauphiné Libéré «  Alain Carignon, ancien Maire (LR) de Grenoble,reprenait l’idée du Député PS Malek Boutih selon laquelle, à terme, des quartiers devraient être gérés directement par l’Etat. Afin de couper les liens incestueux qui empêchent les élus d’agir: comment pourraient ils tout à coup se retourner contre ceux qui les élisent?  Contre ceux dont ils dépendent?

PERDRE DU TEMPS, RETARDER LES ÉCHÉANCES

L’appel à l’expérimentation de la « police de sécurité  du quotidien » auquel s’est joint Olivier Véran de la gauche opportuniste, ce qui ne crédibilise pas spécialement  le communiqué , ( il était déjà partie prenante des ZSP avec Geneviève Fioraso )  peut permettre de perdre encore du temps, de retarder les échéances.  Cette dénomination ne rencontrera en effet pas d’opposition et les quartiers feront semblant d’y croire, n’ignorant plus qui les commande.

DES ZONES ENTIÉRES AVEC UNE CONTRE SOCIÉTÉ, SES VALEURS, SES LOIS, SA CULTURE 

Mais à ce stade la question est de savoir quand il faudra en appeler à une autre autorité que les Maires pour sortir des zones entières du non droit et de la contre société qui s’est installée avec ses règles, sa culture,  son économie, ses moeurs et ses valeurs ? Et de savoir également si cela concernera seulement des zones ou l’essentiel du territoire de l’agglomération?

Photo: les élus PS/PC/Verts de l’agglomération grenobloise qui poursuivent ensemble depuis 20 ans une politique de la ville qui aboutit à une explosion de la délinquance et de la violence

Share