DECAUX: l’OPERATION COM’ à 1 M€ pour la MUNICIPALITE PIOLLE (Verts/PG)

Publié par Les Républicains 38 le

Alors que la municipalité Piolle annonce qu’elle court après des bouts de chandelles, l’opération Decaux livre tous ses secrets financiers au fur et à mesure que les pièces du puzzle se découvrent.
On se rappelle qu’en plein conflit GEG, alors que les médias nationaux commençaient à s’intéresser de trop près aux déboires sociaux de la municipalité Grenobloise, ses communicants avaient sorti un lapin du chapeau. A l’extrême gauche locale la méthode a toujours été la même, répétitive et lassante: détourner l’attention, désigner une cible qui éloigne les curieux.

LA VILLE SANS PUBLICITE

Ce fut l’annonce de « la ville sans publicité  » à compter du 1er janvier 2015. Tout était faux. La date du 1er janvier qui ne pourrait être respectée. Et la ville sans publicité puisqu’il demeureraient … 1200 abri bus publicitaires ( gérés par Y.Mongaburu Verts/ades) soit 4 fois le nombre de sucettes Decaux supprimées.

Sur le plan financier les faits sont aussi graves et mensongers. La contribution de Decaux à la ville était de 653 000 € en 2014. A cette contribution s’ajoute le coût d’entretien des panneaux ( non chiffré) dans une ville au taux de vandalisme parmi les plus élevés de France.

4000 € PAR ARBRE PLANTé !

Perte sèche: 650 000 €. Côté dépenses la ville remplace les 326 panneaux et colonnes Morris par… 31 arbres. Il en coûtera environ 4000€ par plantation d’arbre puisqu’il faut casser le revêtement de sol et le reconstituer. Coût annoncé par la ville :120 000€ . Par ailleurs le budget primitif de la ville ( 2015)  pour installer 350 panneaux d’affichage sauvage a inscrit 250 000€.  le coût d’entretien de ces nouveaux panneaux n’a pas été , lui, budgété .

Ainsi entre les pertes de recettes et les dépenses inscrites l’opération de com’ d’Eric Piolle revient a 1 million d’€ non compris le futur entretien des 350 panneaux municipaux.

La présentation totalement mensongère du journal municipal de E.Piolle:pourquoi la redevance serait elle passé de 650 à... 150 000 €! et le budget protocole de la ville

La présentation totalement mensongère du journal municipal de E.Piolle:pourquoi la redevance serait elle passé de 650 à… 150 000 €! et le budget fêtes et cérémonies a augmenté de 110 000€ depuis l’arrivée de E.Piolle

E.PIOLLE ( Verts/PG):  » EFFECTIVEMENT ON EST L’UNE DES VILLES LES PLUS ENDETTEES »

Interrogé par un lecteur du « DL  » sur l’endettement de Grenoble le Maire répondait tranquillement  ( DL 14/2) : «Effectivement, on est l’une des villes les plus endettées, plus de 1 700 € par habitants. On a des impôts très élevés et une taxe foncière qui est la plus élevée« .

Oubliant de préciser que l’augmentation de l’endettement de la ville a été principalement effectuée lorsque ses amis ( Avrillier, Kermen, Boileau, Fristot…) étaient dans l’exécutif de Destot ( 95-2008).E.Piolle continue d’ailleurs.

LES ENFANTS PAS SOUMIS à cette PUBLICITE

Il  a tiré comme conclusion d’une situation qu’il reconnait catastrophique  d’augmenter la charge de 1 M€ pour cette seule opération. Quel avantage? Il l’explique au « DL »:  » Réduire la publicité correspondait à notre volonté de revalorisation de l’espace public afin que nos enfants ne soient pas soumis à cette publicité. Et que l’on travaille l’identité de la ville. ».

la double annonce fausse: fin des panneaux le 1er janvier et plus de publicité. Le journal municipal de E.Piolle...

la double annonce fausse: fin des panneaux le 1er janvier et plus de publicité. Le journal municipal de E.Piolle…

LES ENFANTS DOIVENT ENJAMBER LES SDF et les CHIENS dans des RUES SALES

Les enfants grenoblois sont soumis à un affichage agressif de l’extrême gauche et de ses groupuscules; Sur chaque poteau on trouve un poing tendu ou un appel à la lutte. Les enfants Grenoblois doivent traverser des rues sales, enjamber des bandes de SDF agressifs et leurs chiens. Ils empruntent 12 00 abribus couverts de publicité et ont des écoles surchargées par la bétonisation de la ville qui se poursuit.  Eric Piolle ajoute 1 M€ de charges supplémentaires sur leurs frêles épaules puisque l’endettement repose sur les générations futures.
Ce sont des décisions idéologiques et tactiques bien pauvrement justifiées. Elles n’augurent rien de bon pour les finances de la ville et ne peuvent qu’inquiéter le contribuable Grenoblois déjà pressuré.

photo de Une : sous la neige de janvier la municipalité Piolle a fait retirer les colonnes Morris

 

Catégories : Actualité