Dauphiné Libéré du 30 avril 2012 – Stade des Alpes : l’UMP interpelle Michel Destot et Jérôme Safar

Accueil  »  Actualité  »  Dauphiné Libéré du 30 avril 2012 – Stade des Alpes : l’UMP interpelle Michel Destot et Jérôme Safar
30 Avr 2012 09:04 Commentaires fermés sur Dauphiné Libéré du 30 avril 2012 – Stade des Alpes : l’UMP interpelle Michel Destot et Jérôme Safar admin

AGGLOMÉRATION GRENOBLOISE Une lettre ouverte crée la polémique…

Stade des Alpes : l’UMP interpelle Michel Destot et Jérôme Safar

Dans une longue “lettre ouverte” à Michel Destot et Jérôme Safar, Jean-Claude Peyrin, président de l’UMP de l’Isère, somme le maire de Grenoble et son 1er adjoint, chargé des finances et du contrôle de gestion externe, de s’expliquer « sur le scandale du Stade des Alpes ». Dans ce courrier envoyé aux médias, l’UMP reprend notamment une appréciation relevée dans le rapport de gestion du conseil d’administration à l’assemblée générale annuelle de la SASP GF38 le 17 décembre 2010, et disant ceci : “Les salaires de certains personnels administratifs ont été augmentés de manière irresponsable et sans cohérence, ce qui crée un déséquilibre important de rémunération dans les effectifs.”

Un prêt de 1 761 000 € à une société japonaise privée

Le rapport spécial du commissaire aux comptes sur les conventions réglementées pour l’exercice clos au 30 juin 2010 précise par exemple qu’un cadre de direction administrative a perçu “199 924 € au titre du montant global de la rémunération de son contrat de travail sur l’exercice clos le 30 juin 2010”. Cela fait 16 660 € par mois, ce qui est effectivement énorme ! « Qui a décidé de ces salaires irresponsables de personnels administratifs ? Car nous évoquons alors un club de 2e division, gérée sous la surveillance étroite revendiquée par les élus locaux PS », écrit l’UMP.

Jean- Claude Peyrin pointent d’autres “anomalies” : « Dès le second semestre 2010, le club de football de la ville de Grenoble est dans l’incapacité d’honorer sa location du stade quand, au même moment, il accorde un prêt de 223 000 000 yens à Index Asia Pacific Ltd, soit 1 761 000 € (source : rapport spécial du commissaire aux comptes sur les conventions réglementées pour l’exercice clos au 30 juin 2010). Quel est le vrai motif de ce prêt et qu’est ce qui justifie de tels mouvements de fonds du public au privé ? À aucun moment, dans aucune instance publique, il n’a été question du prêt à Index Asia Pacific Ltd. Le club de la ville avait de la trésorerie pour consentir un prêt à une autre société mais pas d’argent pour honorer le montant de la location du stade qu’il devait payer à la collectivité publique propriétaire de l’équipement ? » Et le président de l’UMP 38 de noter que « les Verts n’ont apporté à tout cela que des contrôles et récriminations de façade ; ils préfèrent exercer leur talent procédurier pour rechercher le coût des sondages à l’Élysée plutôt que de savoir pourquoi le contribuable grenoblois prêtait de l’argent à une société japonaise ! » L’UMP fait ses comptes : « S’il fallait éventuellement combler tout le passif du club, qui s’élèverait à 11M€, les contribuables locaux auront payé près de 100 M€ pour le Stade des Alpes, dont 80 M€ HT (le double de l’estimatif initial) pour un stade vide. »

Vincent PAULUS