Dauphiné Libéré du 28 mars 2012 – L’UMP38 a-t-elle déclaré la guerre à André Vallini ?

Publié par Les Républicains 38 le

Dauphiné Libéré du mercredi 28 mars 2012

L’UMP38 a-t-elle déclaré la guerre à André Vallini ?

Voilà quelques semaines déjà que l’UMP 38 n’a qu’un seul (ou presque) nom à la bouche : celui du sénateur et président du conseil général de l’Isère, André Vallini. Il suffit de lire les “posts” du site de la fédération ou de compulser les différents communiqués de presse récemment envoyés pour s’en apercevoir. L’angle d’attaque ou les angles d’attaque ? La récente conciliation, devant les prud’hommes, entre l’élu isérois et l’ancienne employée qui l’attaquait pour “licenciement abusif” et “harcèlement moral”.
Bien que close par un accord à l’amiable, l’affaire passionne toujours la droite. Il y a quelques jours, le numéro 2 de l’UMP 38, Julien Polat, annonçait que les Jeunes Pop’– dont il est très proche – allaient suivre tous les déplacements d’André Vallini, qui effectue actuellement un tour de France pour la campagne présidentielle. Ces jeunes étant chargés de distribuer des tracts fustigeant le “M. Justice de François Hollande”, comme l’a depuis confirmé Benjamin Lancar, le président national des Jeunes Pop’.

Mais ce n’est pas tout. Cette semaine, le conseiller général UMP, Gérard Dezempte, en a remis une couche en envoyant une lettre au président de l’assemblée départementale pour lui demander la liste de « tous les contrats des membres de son cabinet depuis qu’il est à la tête de la collectivité », avec leur date d’arrivée et date éventuelle de sortie. Et ce au nom « de la transparence ». Et à peine envoyée, cette missive était déjà commentée via un communiqué de presse du président de l’UMP 38 JeanClaude Peyrin. Que l’on a évidemment joint pour lui demander des explications.

Une offensive contre un élu qui pourrait être ministrable ?

Alors, M. Peyrin, la droite iséroise est elle maintenant en guerre contre André Vallini ? « L’UMP 38 fait de la politique et notre axe politique est de combattre la gauche partout où elle est en poste dans notre département », dit celui qui avait “promis”, lors de sa prise de fonction, que sa fédération taperait fort sous sa mandature. Il rajoute : « Mais regardez plutôt les tracts actuellement distribués par la CGT et la CFDT sur la gestion du personnel au conseil général. Ces deux syndicats, on ne peut pas les accuser d’être de droite ! L’UMP 38 est beaucoup plus soft qu’eux. Nous, nous dénonçons, mais nous n’accablons pas. Nous disons aussi juste que lorsqu’on est à la tête d’une collectivité, on doit être exemplaire dans la gestion du personnel. Et nous soulignons qu’une conciliation, contrairement à un jugement, ne blanchit personne ».

Alors pas d’acharnement contre un élu qui pourrait être ministrable, si Hollande venait à passer ? Pas d’acharnement non plus contre un élu que certains imaginent potentiellement partant sur la 9e circonscription face à… Julien Polat ? « Non, assure Jean-Claude Peyrin. Car nous allons aussi être dans les semaines prochaines très offensifs sur les autres collectivités de la région. Vous allez voir ». Preuve sera donc faite qu’une campagne présidentielle se joue aussi au niveau local…

Ève MOULINIER