CULTURE à GRENOBLE: « PRENDRE EXEMPLE sur la DROITE  » réclame Vincent BARBIER (LR)

Publié par user1 le

Pendant qu’Eric Piolle et Jérôme Safar se renvoient la balle de la désespérance des acteurs de la vie culturelle Grenobloise, la droite n’entend pas laisser ce secteur en friche et taire son bilan et ses actions.

Au niveau du département et de la ville de Grenoble ils sont en effet éloquents. Les propos excessifs des professionnels de l’opposition à la droite après les élections départementales avaient déjà fait rire dans les chaumières.

On avait vu le  Synavi (Syn­dicat national des arts vivants), l’Union dé­partementale de la CGT, de Solidaires et de la Coordi­nation des intermittents et précaires (CIP38), Michel Szempuch, Henri Thomas et leurs camarades affirmer :  « et le conseil départe­mental vient de passer à droite ! Or partout où la droite arrive, la culture trin­que!»

Il y a 20 ans Edouard Balladur( ici à son arrivée avec Alain Carignon place Lavalette) inaugurait le nouveau Musée de Peinture et annonçait que l'Etat prendrait en charge 50 % du financement de la rénovation de MC2

Il y a 20 ans Edouard Balladur (ici à son arrivée avec Alain Carignon place Lavalette) inaugurait le nouveau Musée de Peinture et annonçait que l’Etat prendrait en charge 50 % du financement de la rénovation de MC2

A.VALLINI (PS) AVAIT SACRIFIÉ la CULTURE

Dans un département qui avait vu baisser -sous la majorité Vallini (PS) à laquelle le PC et les Verts étaient associés-  de 36% le budget de la culture  en quatre ans (26 millions en 2008 contre 16 millions en 2014) et de 50 % le bud­get de fonctionnement des musées du département !

C’est pourquoi les larmes de crocodile de Jérôme Safar sur la baisse de 6 % de la subvention à MC2 décidée unilatéralement par la municipalité Piolle -sans aucune co-construction! – ne font pleurer personne. Comme Alain Carignon le rappelle dans sa double fonction d’Adjoint à la Culture et d’Adjoint aux Finances Jérôme Safar a une responsabilité considérable dans l’abaissement des moyens de la culture Grenobloise.

DESTOT/SAFAR (PS) ONT PERDU TOUTES les CONVENTIONS de FINANCEMENT du CULTUREL

Toutes les conventions culturelles avec le Conseil Général d’alors qui avaient été obtenues par les municipalités Carignon , permettant de financer les grands équipements Grenoblois ont été mise par terre par la majorité Vallini avec le consentement de la municipalité Destot. Si MC2 souffre, si Le Musée de Peinture ne peut plus rayonner autant qu’il le mériterait c’est aussi à cause de ces manquements.

V.BARBIER (LR):  » la MUNICIPALITÉ de DROITE AVAIT UNE POLITIQUE CULTURELLE AMBITIEUSE »

D’ailleurs pour Vincent Barbier, Conseiller Municipal (LR) de Grenoble  » il est important de rappeler qu’en matière culturelle, la gauche, qu’elle soit socialiste, écologiste ou communiste, n’a pas beaucoup de leçons à donner et surtout pas à la droite. En effet, lorsque la ville était dirigée par la droite, la politique culturelle était à l’époque ambitieuse : la construction du nouveau Musée de peinture en étant le meilleur exemple. »

LA NOUVELLE MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE REPREND l’ÉLAN CULTUREL …

Il en est de même au département: qui a mis fin à l’effort du Conseil Général conduit sous les présidences successives d’Alain Carignon, de Michel Hannoun  et Bernard Saugey. Qui reprend la marche en avant et réhabilite la culture et son budget ? Jean-Pierre Barbier le nouveau Président (LR) du département avec sa majorité et son Vice Président à la Culture Patrick Curtaud (LR). Ils font preuve d’un volontarisme à toute épreuve et le Président Barbier rappelle  souvent son attachement à ce secteur et l’importance qu’il revêt pour lui.

… ET SOUTIENT les ÉVENEMENTS et les ACTEURS CULTURELS

Ce que ne manque pas de souligner Vincent Barbier : »  la politique actuelle du Département de l’Isère va dans le même sens et alors que la plupart des collectivités, dont la Ville de Grenoble, baissent leurs subventions culturelles, l’Isère les augmente de 12 % et de nombreux artistes et événements culturels sont soutenus par le Département. Ainsi, au lieu d’utiliser la combinaison “culture” et “droite” comme une insulte, le Parti socialiste et toute la gauche en général feraient mieux de prendre exemple sur la droite en la matière.  »

N.BÉRANGER ( LR) :  » SOUS VALLINI MC2 AVAIT DEJA PERDU 450 000 € »

Pas de chance pour la gauche et les Verts. Nathalie Béranger Conseillère Régionale et municipale (LR) enfonce le clou avec des chiffres complémentaires en défendant MC2 : « Je comprends les inquiétudes des salariés et de la direction de la MC2. Petit rappel historique et constat : sous la mandature Vallini, le département avait considérablement diminué son soutien (- 450 000 €) à cet équipement culturel.Aujourd’hui, la municipalité de Grenoble annonce une baisse de 6 % alors même que sa contribution à hauteur de 27 % est déjà bien inférieure à la moyenne nationale des villes qui est de 45 %. »

Tandis que  » les contributions de l’État et du Département sont largement supérieures aux moyennes nationales et celle de la Région est voisine de celle-ci ».

CE QUI N’AVAIT PAS EMPÊCHE MC2 de FAIRE LA PROPAGANDE d’HOLLANDE

A cause de la municipalité Piolle MC2 devrait perdre 106 00 €. MC2 qui a pourtant accueilli largement les opérations de la municipalité Piolle type  » assises citoyennes  » qui n’étaient ni des assises ni représentatives des Grenoblois mais de simples opération de com’. Une MC2 qui avait auparavant reçu François Hollande en grandes pompes pour son ode à la jeunesse (!). On en connait les effets. Les dirigeants n’avaient pas été très regardants sur la trahison de sa promesse de sanctuariser le budget de la culture.

M.ORIER AVAIT APPELÉ à VOTER HOLLANDE pour DEFENDRE LA CULTURE!

Pourtant avec les « spécialistes » de la culture  c’est toujours la droite qui est en cause. Elle qui a construit la Maison de la Culture en 1967 , elle qui a attribué les crédits de sa rénovation qui a permis à MC2  de naitre ( Balladur/Carignon) .Nous conseillons de relire sans cesse l’appel de Michel Orier , l’ancien directeur , a voter Hollande , décrivant les forfaits de Sarkozy sur la culture alors qu’il avait maintenu son budget et renforcé sa liberté: cela reste un monument de mauvaise foi, terrible pour son auteur à l’aune de la suite nationale. Un vrai délice de lecture.

LA MUNICIPALITE PIOLLE MET EN PÉRIL l’EQUILIBRE FINANCIER de MC2 …

Comme l’exprime  Nathalie Béranger aujourd’hui : » C’est donc bien la Ville de Grenoble qui met en péril l’équilibre financier de la MC2 avec toutes les conséquences que cela pourrait entraîner : un plan social et une programmation de spectacles revue à la baisse ! Cet équipement, propriété de la Ville de Grenoble et situé sur le territoire de la commune, mérite plus de considération de la part de sa commune d’implantation. »

… APRÉS AVOIR LARGEMENT SABRE les BUDGETS CULTURELS et COUPE des TÊTES

 » Rappelons que la municipalité Piolle a largement sabré les budgets culturels depuis maintenant deux ans, notamment en coupant la tête de nombreux acteurs culturels de grande qualité à Grenoble, comme les Musiciens du Louvre »  insiste Vincent Barbier .

A.CARIGNON et le BILAN EXCEPTIONNEL de la DROITE GRENOBLOISE

Cerise sur le gâteau Alain Carignon a beau jeu de rappeler le bilan exceptionnel de la droite Grenobloise en matière culturelle. Elle a gagné la bataille du grand Musée National qui n’a plus assez de moyens depuis des années pour assurer le rayonnement National et international qu’il mérite: MM Destot et Safar se sont inclinés devant les diktats d’André Vallini (PS) et n’ont pas su sauver les financements départementaux ! On se demande bien comment ils auraient pu obtenir un Musée.  C’est aussi elle qui a créé le CNAC qui n’a plus été soutenu non plus.

Les THEÂTRES 125, de POCHE, Le CIEL…
 
La municipalité de droite a installé des créateurs et des théâtres comme le Rio – vendu par la municipalité Destot- le Théâtre 125, de Poche, de St Marie d’En bas, une compagnie à Villeneuve, à Premol, le soutien à la danse,a créé la salle  » le Ciel » . On lui doit le formidable essor du Théâtre municipal stoppé ensuite par la municipalité Destot qui a voulu placer une personne à elle.
 

Les MUSÉES de la RÉSISTANCE, de l’ÉVÊCHÉ

 
C’est aussi la municipalité de droite qui a déchargé la ville de la gestion du Musée Dauphinois en la confiant au département , c’est elle qui a obtenu du même la création du Musée de la Résistance attendu depuis 30 ans et du Musée de l’Evêché. En parallèle elle a poursuivi l’effort d’équipement des quartiers avec la création des Médiathèques St Bruno et l’Alliance dans le quartier des Alliés.

Diden Berramdane le créateur a reconnu

» le seul maire de Grenoble qui se soit vérita­blement intéressé à Sainte­ Marie­ d’en­ Bas, qui l’ait do­té des moyens nécessaires et qui ait suivi mes spectacles, c’est Alain Carignon !  A croire que la gauche, pour qui j’ai toujours voté, a  perdu le sens de la culture » a résumé le créateur et comédien Diden Berramdane dans le « DL » du 12/07/15). »  ( notre photo)

 TANDIS QUE DESTOT LAISSE un PATRIMOINE ABANDONNÉ
 
Alain Carignon rappelle qu’en  » 12 ans nous avons accompli plus que jamais dans Grenoble dans le secteur culturel en termes de grands équipements, de soutien aux créateurs et de partenariats de financements permettant à notre cité d’assumer son rôle de ville centre dans ce domaine aussi ».
Tandis que, outre tous ces reculs, Jérôme Safar laisse un patrimoine tel l’ancien Musée place de Verdun à l’abandon depuis 20 ans alors qu’il aurait pu être un lieu emblématique de la ville.

l'ancien Musée de Peinture fait partie du patrimoine abandonné depuis 20 ans par la municipalité Destot/Safar: il pleut dedans

Aujourd’hui Grenoble aurait besoin de « nouvelles innovations pour imaginer des financements différents afin que notre cité puisse assumer ses responsabilités de ville centre « explique Alain Carignon. « La ville devrait s’engager dans des réformes de structures plutôt que de pratiquer un rabot absurde comme Hollande le fait au niveau national  » . La gauche et les Verts en sont bien incapables .
Les acteurs culturels en sont victimes. On va voir s’ils signent encore longtemps des appels à voter à gauche .