CULTURE à GRENOBLE : LE PS VERROUILLE

Publié par Les Républicains 38 le

La méthode est la même ou qu’on se tourne et le secteur culturel n’y échappe pas.

Michel Orier Directeur de la MC2 à Grenoble est appelé à une direction du Ministère par A.Filipetti la Ministre (PS) .Et il accepte au moment ou le Ministère de la Culture subit la plus grosse saignée de son histoire avec l’arrêt des investissements ( CULTURE PS/VERTS : C’EST L’HÉCATOMBE ) et la réduction drastique de ses frais de fonctionnement . ( LA CULTURE PÉNALISÉE : – 8% SUR LES EFFECTIFS )Il se trouve donc des opérateurs du culturel pour monter au créneau afin de mettre en oeuvre une telle politique.  Et ils viennent de Grenoble.

LA MÉTHODE DES APPELS D’OFFRES

Pour le remplacer à la tête de MC2 on retrouve la méthode des  » appels d’offres  » tels qu’il fonctionne dans toutes les instances dirigées par le PS et ses alliés . Qu’il s’agisse des transports en communs , (.« OPAQUE, RISQUÉ,TRONQUÉ,INSINCÈRE … » la gestion PS/Verts des transports Grenoblois étrillée par la Chambre des Comptes ) de Geneviève Fioraso , (de la BPI à l’économie Mixte à la Grenobloise: les dérives de la gestion G.Fioraso ) l’histoire est toujours la même : le commun n’a pas accès et seuls les amis informés peuvent y prétendre.

Ainsi pour succéder à Michel Orier (Michel Orier (MC2 Grenoble ) au service du PS ?)  il n’y avait que deux candidats : Hélène Cancel et Jean-Paul Angot .

UNE CANDIDATURE  » ALIBI » ?

Philippe Gonnet ( DL) qui connaît bien le domaine raconte l’histoire pour MC2 :  » on notera au passage qu’après un passage syndical à Paris , Iréne Basilis, la secrétaire générale de l’époque ( JP Angot NDLR) vient de revenir dans la région, ou plutôt à la région comme conseillère culturelle de JJ Queyranne Président ( PS NDLR) de Rhône-Alpes. Hélène Cancel n’aura t elle concouru que comme alibi ? C’est la suspicion dont restera malheureusement entachée cette nomination, le choix d’une pré-selection de deux personnes et le  » black out  » imposé aux candidats comme aux membres du jury se révélant particulièrement contre productif . Outre qu’elle aura alimenté des rumeurs infondées et inquiété les artistes résidents, associés ou programmés , cette procédure aura fait dire à nombre d’observateurs que Michel Orier avait ficelé sa succession avant de partir (…. ) .  Contacté par nos soins Michel Orier avait juré ses grands dieux qu’ « il ne se mêlait ni de prés ni de loin de la désignation de son successeur « .Si on est volontiers tenté de le croire force est de constater que Jean-Paul Angot d’une part et la MC2 d’autre part méritaient mieux qu’un traitement inopportun ou le secret le disputait inutilement à la rapidité »( DL 02/11)

LA CHAMBRE DES COMPTES A DÉJÀ RELEVÉ LA MÉTHODE AILLEURS

Donc si on comprend bien entre la Ministre (PS) qui appelle Michel Orier, le Président (PS) du Conseil régional qui recrute Irène Basilis et la municipalité (PS) qui choisit Jean-Paul Angot en accord avec les deux autres on monte un « appel d’offres » dont on a le secret qui comprend même une « candidate alibi » ?

La Chambre des Comptes a déjà relevé cette méthode dénoncée par Jean-Claude Peyrin, Président de l’UMP38.(J-C PEYRIN (UMP) : « des appels d’offres du SMTC aboutissent toujours aux mêmes prestataires » )
Bien entendu l’éventuelle qualité des hommes concernés n’est pas en cause mais la chape de plomb et les inégalités criantes que révèlent ces procédés.

UNE ASSOCIATION RÉCLAME LA TRANSPARENCE

Les membres de l’Alliance citoyenne qui s’expriment par hasard le même jour ne dénoncent pas autre chose  » on conteste la conception élitiste de la culture » à Grenoble. Ils se battent pour  » plus de transparence sur les plannings d’occupation des salles ainsi que la réservation de 20 à 30% de la programmation des équipements culturels pour des compagnies et associations en émergence  » ( DL du 2/11) . Comment ne pas être d’accord alors qu’il s’agit d’équipements publics financés par le contribuable ?

PERSONNE NE VEUT FAIRE ÉVOLUER LE SYSTÈME EN PLACE

On retrouve dans l’analyse de l’association le procédé classique de la municipalité Destot pour maintenir l’opacité et la maîtrise du système :  » les élus se sont révélés incapables de prendre en compte nos demandes légitimes soutenues par de nombreux citoyens : artistes, collectifs, associations.Au lieu d’assumer leur responsabilité , ils ont renvoyé la balle aux associations gestionnaires des équipements « .  » De leur côté , poursuit le DL , les responsables d’associations se tournent vers les élus  » . Et David Bodinier de l’Alliance citoyenne de conclure  » c’est comme ça qu’on s’est retrouvés dans un espèce de jeu où chacun renvoie la balle à l’autre. Du coup personne ne veut faire évoluer le système en place  » .

LA COMPOSANTE CONTESTATAIRE EST ASSOCIÉE

Sauf que ce n’est pas un jeu. C’est une méthode de gouvernance locale .Il s’agit de faire perdurer un système dont seuls quelques uns ont la clef d’accès.La procédure choisie pour nommer le successeur de Michel Orier à MC2 en atteste . Le secteur culturel n’y échappe pas.

Le fait que la composante officiellement contestataire soit associée à de nombreuses branches du système en place et comprend une grande histoire commune avec le PS fausse le  » jeu » .(SMTC: POURQUOI L’ADES/VERTS « COUVRE » LA GESTION DE M.ISSINDOU(PS)? )  Car elle ne peut – ou ne veut – aller au bout de la remise en cause la ou elle n’est pas encore présente. Par crainte du boomerang. (RÉVÉLATION : O.BERTRAND et C.BRETTE ( Verts) FINANCÉS PAR LE PS ) Elle ne fait que s’amuser sur des détails pour conserver un fonds de commerce (LUTTE FINALE CHEZ LES SUPPLÉTIFS DU PS à Grenoble: GO contre Verts/Ades )

PAS DE FAILLES

Dans le cas concret de la désignation du Directeur de MC2 si les conditions sont celles révélées par Philippe Gonnet il est évident que des  » failles juridiques  » existent pour remettre en cause la procédure. Parions que , comme chaque fois que c’est très proche d’eux,(R.AVRILLIER(Verts) laisse 3 Millions d’Euros au Vice Président (PS) du Conseil Général! les détecteurs ne détecterons rien ! Les failles sont … à l’Élysée sous Sakozy.

C’est pourquoi seul un changement profond avec des engagements de transparence dans les procédures pourra redonner à Grenoble l’image qu’elle a perdu avec ceux qui la gouvernent depuis maintenant 18 ans.

Notre photo : Jean-Paul Angot, le nouveau directeur de MC2 dont les compétences personnelles ne sont pas en cause et à  propos duquel on espère qu’il n’a pas de responsabilité dans la procédure choisie pour le nommer.

Catégories : Actualité