COURS JEAN JAURÉS À GRENOBLE : EFFONDREMENT DU COMMERCE

Publié par Les Républicains 38 le

C’est à une véritable hécatombe commerciale à laquelle on assiste à Grenoble : pas une rue sans des locaux à louer, des commerces à vendre. Des quartiers entiers sont sinistrés comme Quai Périère ou la municipalité malheureusement soutenue par la Chambre de Commerce et d’Industrie et la Chambre de Métiers affiche un mépris bien difficile à accepter à des commerçants qui ne peuvent plus tenir alors qu’une dizaine d’entre eux ont baissé le rideau (COMMERçANTS DES QUAIS:LE « NON » DE LA MUNICIPALITÉ (PS) approuvé par la CCI et la Chambre de Métiers).

Mais pendant que municipalité PS, CCI et Chambre de Métiers se congratulent sur la bonne santé du commerce et de l’artisanat , peut être à coup de subventions, la réalité frappe durement à la porte des enseignes.
Il suffit de lever le nez pour voir les rideaux baissés les affichettes à louer ou à vendre.

Ainsi sur le seul cours Jean Jaurès une pharmacie a été vendue aux enchères et le repreneur va réouvrir bientôt.

Cours Jean Jaurés , une pharmacie vendue aux enchères !

Cours Jean Jaurés , une pharmacie vendue aux enchères !

C’est dire la dureté de la situation. À côté de lui le boulanger vient de baisser définitivement le rideau. Nous sommes au 57 cours Jean Jaurès.

Dépôt de bilan pour la boulangerie

Dépôt de bilan pour la boulangerie

Au 53 tous les locaux sont à vendre ou à louer et n’ont pas de preneur.

53 Cours Jean Jaurès, tous les locaux sont vides

53 Cours Jean Jaurès, tous les locaux sont vides

En face c’est le coiffeur qui  a aussi fermé ses portes. Ainsi sur seulement 100 mètres du cours Jean Jaurés c’est le drame pour une dizaine de commerçants. Ceux qui doivent affronter ces situations avec leurs familles sont désespérés. C’est parfois une vie de travail, de dur labeur qui s’envole quand  on ne peut pas vendre son fonds de commerce pour assurer une retraite méritée.

Des locaux vides qui n'améliorent pas l'environnement du cours Jean Jaurès ni la sécurité des trottoirs

Des locaux vides qui n’améliorent pas l’environnement du cours Jean Jaurès ni la sécurité des trottoirs

C’est le moment qu’a choisi  la municipalité Destot pour favoriser la création de nouveaux commerces à Bonne et prévoit maintenant 15 000 m2 de surfaces commerciales nouvelles à Lesdiguières (LESDIGUIÈRES à Grenoble: 15000 M2 de commerces et 150 logements sur un hectare!) . Comme elle a décidé de créer une nouvelle concurrence hôtelière en vendant une partie du parc Hoche à Acor ! (HOCHE: BÉTONNISATION de la rue, AMPUTATION du PARC PUBLIC ).Comme si le taux de remplissage de nos hôtels était satisfaisant :ils affichent une baisse de fréquentation d’environ 20% cette année. C’est le moment très opportun que la municipalité a choisi pour vendre du foncier public en faveur d’une chaîne hôtelière . Les élus PS sont aussi excellents en matière d’étude de marché!

La municipalité Destot ajoute – cerise sur le gâteau-  réduction des voiries, suppression de 2200 places de stationnement, absence de créations de parkings, bouchons colossaux aux entrées de l’agglo pour décourager les consommateurs. Tout est fait pour asphyxier la vie économique de Grenoble. Elle est en effet en train de réussir.

On est stupéfait qu’une telle politique soit accompagnée par des organismes publics dont la mission est de défendre l’activité économique. En tout cas le débat municipal devra aussi avoir lieu sur ces sujets. Et aller au fond des dossiers et de leur motivation réelle.

Catégories : Actualité