CORENC: C.FRANCILLON (PS) DOIT RENDRE des COMPTES

Publié par Les Républicains 38 le

Le candidat PS à Corenc, Claude Francillon a droit à un focus particulier dans le DL du fait de sa qualité d’ancien journaliste. Il n’est pas choquant que règne une certaine solidarité dans les professions. C’est vrai pour  les avocats , les médecins, les notaires… On ne voit pas pourquoi les journalistes échapperaient à cette vérité humaine .

Le fond des propos surtout est intéressant. On apprend que ce tenant de la gauche a fondé un master du journalisme à l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble (IEP). Avec son engagement politique il était en effet bien placé pour définir les régles d’honnêteté , d’équilibre , de recherche des faits qui sont la base de la profession.

DES PERSONNALITES TRES MARQUEES à GAUCHE

Décidément Sciences Po Grenoble qui applique avec zéle les conséquences des restrictions budgétaires décidées par Geneviève Fioraso qui ont pour conséquence de faire passer de 900 à 1300 € les droits d’inscriptions «  bénéficie » de personnalités très marquées à gauche (RESTRICTIONS FIORASO(PS): 1300€ POUR S’INSCRIRE à SCIENCES PO GRENOBLE!)

Ainsi Pascal Clouaire qui est à la tête des services informatiques a joué un rôle essentiel de couverture dans le montage du «  Réseau citoyen «  censé préfigurer l’émergence depuis la base d’Eric Piolle ( Verts/Ades) . Ce pourrait être un excellent sujet de mémoire.

A notre connaissance on ne voit pas le pendant à droite. Ce doit être que nos idées sont totalement ringardes et inadaptées…

UN C.FRANCILLON EXONERE de TOUTE DERIVE

Mais Claude Francillon est couvert lui aussi : il passe de la lumière à l’ombre. « Ce grand  contempteur des dérives politiciennes  s’apprête en effet à passer de l’autre côté « explique le « DL ».  Le voilà exonéré de toute dérive éventuelle dans son métier de journaliste.  Il est vrai que la droite n’a pas la parole.

D’ailleurs Claude Francillon  confirme :« j’ai telle­ment vu les politiques fonc­tionner, j’ai envie de porter la plume dans la plaie ».

LE REVOLTE EST AU POUVOIR

On se trouve pleinement dans l’écosystème local ou le pouvoir incarne la révolte .(VERTS/ADES : à Grenoble les révoltés sont indemnisés et au pouvoir…)

Claude Francillon qui a régné sur une grande partie de l’information, donné le ton avec « le Monde » en chargeant systématiquement la droite sans jamais sortir une seule affaire de la gauche en 40 ans de journalisme , qui a joué également  un rôle à Sciences Po va «  porter la plume dans la plaie » (!)

Pas belle la vie?

Sauf un détail :  c’est à lui de rendre des comptes.

COMMENT a T IL PU TROMPER TANT DE LECTEURS, d’ETUDIANTS ?

Comment a t il pu tromper autant de lecteurs ,d’étudiants  , d’interlocuteurs en n’informant pas de son engagement politique ?   Ce manque de transparence est une faute. En se présentant publiquement sous les couleurs de la gauche il est comptable des échecs et des trahisons d’Hollande, de son bilan désastreux , jusqu’au comportement d’adolescent du Président de la République qui avait promis aux Français «  à chaque instant , un comportement exemplaire « .

IL SOUTIENT LA DENSIFICATION de la METRO

En soutenant la Métro et la densification intensive il est aussi comptable d’un bilan local d’une agglomération qui s’enfonce dans l’insécurité, l’asphyxie des déplacements, l’augmentation de la pollution.

C’est cette politique que Claude Francillon voudrait étendre à Corenc. Faute d’idées personnelles il se contente de celles de MM Baïetto et Safar qui ont si bien réussi.

Les habitants de Corenc doivent poser au candidat PS les bonnes questions sur son passé et informer les Corençais de ses véritables intentions sur l’évolution de la commune. (Claude FRANCILLON ( PS) à CORENC….)

 

Catégories : Echos