CONSEIL MUNICIPAL: Les GRENOBLOIS PRIVÉS de PAROLE

Publié par user1 le

Dans la ville ou tout est fait pour la « participation citoyenne » , où la libre parole est encouragée, la ville  » modèle » si on en croit la pauvre propagande municipale, le dernier conseil Municipal de Grenoble a été une nouvelle preuve de la pantalonnade municipale.
A son deuxième conseil municipal on avait vu Eric Piolle (Verts/PG) accueillir à bras ouverts les étrangers en situation irrégulière, leur permettre d’envahir la salle du Conseil municipal et les installer aux côtés du Maire. En adéquation avec l’idéologie municipale de  » luttes  » pour permettre à n’importe quel étranger qui le décide de s’installer à Grenoble.

IL S’AGISSAIT D’IMPRESSIONNER LA DROITE et les GRENOBLOIS

Sans que la ville ne puisse faire état de problèmes de logement ou d’emploi pour décider de qui elle peut accueillir. Leur hébergement était déclaré « inconditionnel «  par la municipalité… Il s’agissait d’impressionner la droite et les grenoblois et démontrer quelle idéologie avait pris les clefs de la ville. Avec une seule grille de lecture politique, la leur. Dans la culture des Rouges/Verts il s’agissait d’imposer dés le départ la  marginalité au centre des préoccupations municipales, de culpabiliser ceux qui contesteraient ses priorités en leur déniant toute qualité humaine afin de les disqualifier, de contraindre à débattre des seuls thèmes déterminés par elle, éliminant la réalité des sujets qui préoccupent les grenoblois ( sécurité, propreté, attractivité, circulation, impôts…) faisant disparaitre  en même temps la situation financière dramatique de Grenoble.

E.LECOEUR (Verts/PG) et LE CLAN AVRILLIER/COMPARAT ONT VOULU FAIRE MAIN BASSE

Erwan Lecoeur l’idéologue-communicant de la municipalité était à l’oeuvre avec le clan de l’Ades (Avrillier/Comparat) qui berne le gogo depuis 30 ans à Grenoble avec la complicité de certains médias. Ils ont voulu faire main basse sur la part de cerveau disponible des Grenoblois
Toutes les décisions prises sont allé dans le même sens avec les panneaux d’affichage sauvage, le street art pour justifier l’envahissement  des tags d’extrême gauche, les soutiens à « Nuit Debout » ou aux manifestations sur la loi travail.

LA SEULE EXPRESSION QUI A SALIT LA VILLE A ÉTÉ CELLE DE LA DROITE

Rappelons nous que la seule fois ou les élus, honte à eux – L.Lheureux et K.Habfsat (Verts/PG)- sont intervenus pour la propreté de la ville  et annoncer qu’ils allaient facturer le nettoyage, c’était à la suite de la campagne anti-Piolle de l’UMP!

ÉTOUFFER L’EXPRESSION CITOYENNE EN L’ASPHYXIANT PAR DES PROCÉDURES KAFKAÏENNES<

Toutes les usines à gaz de fausse participation, de faux conseils citoyens indépendants , de référendums rendus impossibles par des seuils inatteignables, les systèmes de pétition rendant obsolètes toutes celles qui étaient engagées et asphyxiant les autres par des procédures Kafkaïennes , les » budgets participatifs » dans une ville qui ferme des bibliothèques et des piscines dans des quartiers en difficulté, tout a été pensé , organisé, voulu pour étouffer l’expression de ceux que l’on n’ose plus appeler  » citoyens » depuis que Pascal Clouaire (Verts/PG) a autant trompé avec cette appellation.

UN SYSTÉME D’UNE VIOLENCE INÉGALÉE

Un système d’essence totalitaire, d’une violence inégalée qui devait broyer  toute pensée ou expression différente. Il faut avoir raisonné en chambre très longtemps, de manière obsessionnelle comme les groupuscules de l’Ades  pour penser qu’il s’imposerait facilement. Il existe encore des grenoblois et des médias qui font semblant d’ignorer la méthode et les objectifs. On lit ainsi des mails de Bruno Ferrand, qui se définit comme un  » citoyen Grenoblois » lequel répercute toutes les informations du système mis en place, voire de l’Ades d’Avrillier eux-mêmes , sans aucun recul ou analyse sur le fond. Avec les Rouges/Verts Grenoblois on n’est pas dans un monde de Bisounours…

Il y a deux ans Eric Piolle organisait l'envahissement du Conseil municipal

Il y a deux ans Eric Piolle organisait l’envahissement du Conseil municipal

E.Piolle avait mis au point l'opération avec un Vert comme à son habitude de manipulation

E.Piolle avait mis au point l’opération avec un Vert comme à son habitude de manipulation

DEUX APRÉS LA POLICE TIENT EN RESPECT LES SYNDICATS, LES HABITANTS, « NUIT DEBOUT » …

Las, 2 ans après c’est la police qui tient en respect les syndicats des employés municipaux,  » Nuit Debout », les habitants du Village Olympique, les grenoblois qui protestent contre les hausses de tarifs, la suppression de maisons de quartier !  La ruine de Grenoble qu’Eric Piolle pensait pouvoir camoufler se rappelle durement à lui avec cette malheureuse comptabilité qui enregistre les recettes et les dépenses . Ses propositions mirobolantes concernant l’emprunt sans dette n’étant pas encore retenues! La municipalité vient sa fracasser sur la réalité  qui résiste à ses décisions prises dans l’affolement.  Cette réalité  qu’Eric Piolle qualifie dans « Ouest France « d’une dynamique (!) de replis sur soi d’extrême droite ». Lui incarnant  » un pôle de transformation positive ». L’avantage avec Piolle est qu’on ne risque pas de se tromper quand il se qualifie!

LE TEMPO S’EFFONDRE COMME UN CHÂTEAU de CARTES

Mais le tempo qu’il avait espéré imposer s’effondre comme un château de cartes . Ses manipulations ressemblent au théâtre de Guignol. Sur le net on compare maintenant Piolle à Nixon. Né dans le mensonge, mort avec.

Ainsi lundi soir les Grenoblois – les vrais- ont été interdits de parole comme en témoignent ces images prises à la Mairie de Grenoble. Eric Piolle poursuivait la lecture de son discours comme un hiérarque soviétique pendant que  » Nuit Debout » tambourinait sur les vitres. Pathétique. Décidément les mensonges et les tromperies de la municipalité Piolle, ses faux engagements (elle fait exactement le contraire de ce qu’elle a promis) sur laquelle elle a été élue se sont vite retournés  contre elle.

Eric Piolle ressemble de plus en plus à un Hollande: décrédibilisé.  Il voulait par tous les moyens baillonner la parole des Grenoblois par ses méthodes sophistiquées. Les Grenoblois la prennent dans le hall de la mairie.

Habitants et employés empêchés de pénétrer dans la salle du conseil.


Agents jetables !!Salariés mécontents 4

 

Sans commentaires