Conseil Général: dans l’urgence A.VALLINI (PS) sacrifie la culture

Publié par Les Républicains 38 le

Ce sera moins 10%  pour la culture au niveau du département .Ainsi en a décidé André Vallini et sa majorité PS/PC/Verts .

Du fait de l’absence d’anticipation, André Vallini est contraint de frapper fort un secteur dont on connaît l’importance quand il s’agit de préparer l’avenir  en permettant au plus grand nombre l’accès à la culture. Car étranglé pour son budget à cause des baisses de participation de l’État au moment ou la gauche est au pouvoir il ne trouve que … la culture , l’hébergement d’urgence, la petite enfance ou faire des économies . Il n’annonce rien de sérieux en parallèle sur le train de vie du département, sur les frais de réception et de comunication.

Par contre le CNAC/Magasin, MC2, le Musée de Grenoble subissent des  » diminutions brutales  » selon la Conseillère Générale (PS) Sandrine Germain qui avait applaudi en ces termes les baisses d’aide de l’État :  » elles sont annoncées avec courage par le Président Hollande pour aider au redressement national «. C’était au moment du faux débat d’orientation budgétaire. Et maintenant qu’André Vallini effectue une partie des coupes sur la culture on se demande si elle trouve toujours le Président Hollande courageux…

DES CONSEILLERS GÉNÉRAUX PS SANS POIDS AU DÉPARTEMENT

Il est intéressant de noter d’ailleurs le peu de poids des Conseillers Généraux Grenoblois pour défendre les équipements culturels de l’agglomération : Christine Crifo, pourtant Vice Présidente du CG, Alain Pilaud, Denis Pinaud, sont intervenus et n’ont rien obtenu.Il faudra s’en souvenir quand ils demanderont le renouvellement de leur mandat : ils n’ont aucun pouvoir.  Olivier Bertrand aussi (Verts) non plus, mais on voit mal ce qu’il pourrait exiger d’André Vallini s’il continue à demeurer financé par lui.( Si O.BERTRAND ( VERTS) veut faire croire à son indépendance, qu’il renonce à l’indemnité d’A.Vallini (PS) )

En tout cas cette politique brutale conduite à la méthode Vallini sans aucune concertation avec des institutions dont la renommée dépasse parfois les frontières du département, dont certaines d’entre elles , telle le Musée ont aussi un impact sur la fréquentation touristique , est bien conforme aux habitudes du PS local.

LE SILENCE COUPABLE DES ACTEURS DU MONDE CULTUREL

Le silence observé par les acteurs du monde culturel devant ces coupes sombres qui vont avoir un impact sur les programmations permet de mieux comprendre le jeu de chaises musicales et les méthodes retenues s’agissant du départ de Michel Orier auprès de la Ministre PS et l’arrivée de Jean-Paul Angot à la tête de MC2 (CULTURE à GRENOBLE : LE PS VERROUILLE ) . il est évident la aussi , que les conditions de l’indépendance et de la liberté qui sont les fondements de la culture ne sont pas réunis.

On suit en Isère la politique de coupes sombres  ( CULTURE PS/VERTS : C’EST L’HÉCATOMBE ) engagée au National par Aurélie Filipetti la Ministre de la Culture. François Hollande ayant trahi son engagement dans ce domaine aussi ! (CULTURE : HOLLANDE A TRAHI SON ENGAGEMENT ). Il n’a pas sanctuarisé le budget.

JEAN-CLAUDE PEYRIN A MARQUÉ SON OPPOSITION

On comprend le signe adressé à toutes les victimes de ce budget par le vote hostile émis au Conseil Général par Jean-Claude Peyrin , Président de l’UMP38 . Les gaullistes créateurs des Maisons de la Culture, à l’origine du premier Ministère  de la Culture confié à André Malraux ne peuvent admettre que ce domaine ne soit la variable d’ajustement budgétaires d’un Président PS imprévoyant et inconséquent.

En s’opposant au budget de la majorité PS/PC/Verts du Conseil Général,( JC PEYRIN (UMP) « seul contre tous « (DL): les vrais chiffres du budget Vallini ) Jean-Claude Peyrin condamnait cette politique de gribouille d’André Vallini qui exposait il y a peu ses mérites à poursuivre une politique culturelle  départementale et tout à coup y met fin sans explication. Quand est il sincère ? Quand il la jugeait essentielle ou maintenant qu’il étrangle les équipements culturels ?

Le souhait de l’UMP38 par la voix de son président est de revoir ces coupes sombres afin de donner à la politique culturelle  la lisibilité et la continuité qui lui ont été enlevées par André Vallini. Et le respect qu’elle mérite.

 

Catégories : Actualité