COMMERCE et AGGLO: C.FERRARI (PS) ENCADRE L’IMMOBILITE

Publié par user1 le

En décembre 2013 , Christophe Ferrari Vice Président (PS) aux Finances de la Métro justifiait les augmentations aberrantes des Cotisations Foncières des Entreprises ( CFE) décidées par la collectivité qui touchaient surtout le petit commerce et les artisans.

Des augmentations jusqu’à + 250 % ! Michel Savin Sénateur (REP) avait brandi la feuille d’imposition d’un petit commerçant de l’agglomération  : 467 E en 2011 et 1110 euros en 2012 ! « 137 % de hausse d’impôts  » ( DL 14/12/13).

DES HAUSSES de TAXES QUI ONT ACCELERE les DEPÔTS de BILAN

Dans une agglomération aux difficultés d’accès reconnues par tous, ou la suppression des places de stationnement ( sauf pour Christophe Ferrari devant sa Mairie de Pont de Claix) est la règle, avec les difficultés économiques engendrées par le gouvernement ces hausses de taxes sont tombées particulièrement mal . Elles ne sont pas pour rien dans les + 30 % de dépôts de bilan des commerces grenoblois en 2014.

La nouvelle Berline de 40 000 € offerte par la majorité PS/Verts/PG de la Métro à C.Ferrari et son emplacement très bien réservé à Pont de Claix. Ce qui est utile à  eux ne vaut pas pour le commerce....

La nouvelle Berline de 40 000 € offerte par la majorité PS/Verts/PG/PC de la Métro à C.Ferrari et son emplacement très bien réservé à Pont de Claix. Ce qui est utile à eux ne vaut pas pour le commerce….

C.FERRARI ( PS) CONTINUE dans les « ENGAGEMENTS FORTS »

Au moment ou le  » Dauphiné Libéré  » fête le 40 eme anniversaire de Grand Place sans insister lourdement sur le contexte d’insécurité qui le dessert  du fait de quartiers très dégradés – il faudrait mettre en cause ceux qui sont responsables depuis 20 ans- Christophe Ferrari devenu entre temps Président de la Métro par la grâce de la municipalité Piolle (Verts/PG) y va de sa déclaration habituelle:  « à la rentrée, nous voterons une délibération cadre sur le commerce de proximité, qui a besoin d’être défendu, de savoir qu’il est soutenu, à la fois dans le centre de Grenoble mais aussi dans les centres-bourgs. Notre engagement sera fort, à la hauteur des enjeux.  » (DL du 12/8/15).

LE VIDE NE FAIT PAS UNE POLITIQUE

Avec Christophe Ferrari l’engagement est toujours  » fort » et il est en permanence  » à la hauteur des enjeux » (!). Au poids des mots on mesure parfaitement le degré d’immobilité.On se demande qui finira par lui expliquer que gonfler de mots vides une absence de politique ne trompe plus personne ? Les citoyens attendent du concret.

Car, est-ce à dire en effet que le Président de la Métro va revenir sur les taxations iniques des commerçants décidées par le Vice Président aux Finances de la Métro ?

UN PLAN ANTI-BOUCHONS VA T IL ÊTRE LANCé?

Est-ce à dire qu’en matière de liaisons un grand plan anti-bouchons va être engagé? De nouveaux grands parkings créés en particulier dans la ville centre comme la municipalité UMP l’avait fait en réalisant les premières lignes de Tram? Des habitants au pouvoir d’achat accueillis dans des logements de qualité de façon à apporter une nouvelle clientèle? Une attention à l’embellissement, à la propreté, une lutte féroce contre l’insécurité et un rétablissement de l’équilibre rompu des quartiers qui tue la vie commerciale?

GAGNER du TEMPS ELECTORAL: EN FAIRE PERDRE à l’ECONOMIE

Poser la question c’est y répondre.  La « délibération cadre » de Christophe Ferrari ressemble aux commissions mises en place au même moment par la municipalité Piolle à Grenoble sur le même thème.

Gagner du temps électoral. C’est à dire en faire perdre à l’économie de l’agglomération. La seule nouveauté à l’échelle de la Métro: Christophe Ferrari donne un cadre juridique à son immobilité. Il est tout là son « engagement fort » à la « hauteur des enjeux ».

Catégories : Actualité