CASSE de GRENOBLE: L’OPPOSITION DEMANDE UN RÉFÉRENDUM

Publié par user1 le

 » Le tournant de la rigueur » tel que l’a évoqué Eve Moulinier ( le DL) passe mal. Même si le Parti de Gauche de Jean-Luc Mélanchon s’est fendu d’un communiqué qui le ridiculise pour soutenir la casse des services publics de Grenoble , les grenoblois sont estomaqués par les annonces d’Eric Piolle (Verts/PG) qui « découvre  » 2 ans après avoir été élu la situation financière catastrophique de Grenoble.

LE PRÉFET ALERTE: UN FONDS DE ROULEMENT RÉDUIT à 11 JOURS DE CHARGES DE FONCTIONNEMENT

Une lettre du Préfet datée du 24 mai dernier rappelait encore au Maire “une dégradation de l’autofi­nancement brut”, “un fonds de roulement limité à 7,7 millions, représentant 11 jours de charges réelles de fonctionnement”, un “haut niveau de la dette et des marges de manœuvre réduites ».

Ce qu’Eric Piolle a traduit par une formule bien de Lui  »  Les mesures de sobriété (!) que nous avions prises dès notre arrivée aux commandes n’ont pas suffi »(!).

M.CHAMUSSY ( LR)  » POURQUOI N’A T IL PAS PRIS CES MESURES A SON ARRIVÉE AU POUVOIR? »

« Pourquoi n’a ­t­ il donc pas pris ces me­sures dès son arrivée au pou­voir, en 2014 ? En le faisant deux ans après, il signe un aveu sur sa propre incapaci­té à bien gérer la Ville » a lancé Matthieu Chamussy Président (LR) du groupe d’opposition au Conseil Municipal ( DL du 11/6/16). Dénonçant la « plus grande et massi­ve attaque contre les servi­ces publics que Grenoble ait jamais connue. »

Rappelant aussi que les  « baisses des do­tations de l’État ne représentent que 4 % des recettes de la Ville » . Si Grenoble est ruinée c’est bien à cause d’une politique « durable » – depuis 21 ans –  qui aboutit à en faire la première ville de sa catégorie pour les impôts locaux , la dette et les dépenses de fonctionnement.

Bernadette Cadoux, Nathalie Béranger, Matthieu Chamussy, Lionel Filippi lors de la conférence de presse demandant un référendum ( photo DL)

Bernadette Cadoux, Nathalie Béranger, Matthieu Chamussy, Lionel Filippi lors de la conférence de presse demandant un référendum ( photo DL)

R.CAZENAVE ( LR ) PROPOSE UN PLAN ALTERNATIF

L’opposition municipale propose donc un plan alternatif qu’a détaillé Richard Cazenave ancien Député et Conseiller Municipal (LR). Il permet de « faire des économies sans toucher à la qualité du service public » et comprend (DL du 11/6/16) la réduction du nom­bre d’agents de catégorie A, en remplaçant les départs volontaires ou en retraite, par des agents de catégorie C ; arrêter la Fête des Tuiles car « peut-­on se permettre d’organiser un tel événe­ment qui, en deux ans, aura coûté 750 000 euros, quand on est obligé de fermer une bibliothèque ? » ; revendre le bâtiment du Crédit Agri­cole acheté pour 8 millions d’euros ; vendre Alpexpo « à un opérateur privé qui re­prendra les événements qui vont avec ».

 » SUPPRIMER UN TIERS DES POSTES à la COMMUNICATION « 

Il est aussi ques­tion de supprimer la version papier du journal municipal qui sera alors consultable sur internet et « on passerait de 90 000 exemplaires à 5 000 distribués dans les antennes de mairie » ; reprendre les négociations avec Decaux pour des panneaux d’infor­mation ; supprimer un tiers des postes à la direction de la communication, « où, ren­dez­- vous compte, ils sont 41 aujourd’hui ! » ; mettre en place une DSP (délégation de service public) pour des équipements comme l’An­cien Musée de peinture ; supprimer le poste politique au CCAS, etc.

QUE LES GRENOBLOIS CHOISISSENT LE PLAN D’ÉCONOMIE QU’ILS PRÉFÉRENT

L’opposition réclame un référendum.« Nous proposons maintenant quelque chose à Éric Piolle : il faut que fin septembre, il organise un ré­férendum, lui qui aime tant parler de “participation ci­toyenne”. Nous lui propo­sons de demander aux Gre­noblois quel plan d’écono­mies ils préfèrent pour Grenoble, le sien ou le nôtre. On verra bien alors ce qu’il en ressort  » a indiqué Matthieu Chamussy.

On sait bien que la municipalité Piolle ne conçoit les débats qu’entre personnes qui pensent la même chose et a beaucoup de mal à intégrer dans son entendement ce qu’est une véritable alternative politique. Cette culture est l’héritage de son gauchisme congénital.

Alain Carignon répondant à la chaine de télévision régionale DICI

Alain Carignon répondant à la chaine de télévision régionale DICI

Alain CARIGNON (LR): « UN PLAN QUI DÉGAGE D’ÉNORMES RECETTES »

Côté propositions Alain Carignon, Ancien Ministre ( LR Grenoble) a  diffusé les siennes reprises partiellement par le DL et largement sur les réseaux sociaux. « Un  plan qui dégage d’énormes recettes nouvelles, permettrait des chantiers importants engagés par des opérateurs privés , engagerait aussi le rééquilibrage du sud de la ville et des quartiers. »

La plus emblématique est l’installation de la Mairie et du Maire à la Villeneuve « afin de réduire la part des logements sociaux, revaloriser le quartier et la valeur des biens , les propriétaires ayant été spoliés par la gauche . L’hôtel de ville actuel serait vendu dégageant une forte recette et les mariages seraient célébrés à l’ancienne Mairie au jardin de ville. »

DES OPÉRATEURS PRIVÉS POUR L’ANCIEN MUSÉE, la TOUR PERRET, L’ORANGERIE…

« Appel d’offres international aussi pour vendre le foncier d’Alpexpo et d’Alpes-Congrés ( de l’ordre de 7 hectares) gelés dans les plans d’urbanisme sur la seule vocation expositions et congrès , excluant le logement . Une ressource importante avec des travaux de privés pour remettre à niveau ce secteur. »

Alain Carignon a recensé tout le patrimoine abandonné par la municipalité Destot/Safar (PS) et proposé des opérateurs privés : ancien Musée de Peinture, Tour Perret, Orangerie… Pour cette dernière il refuse qu’elle soit confiée à l’un des membres du comité de soutien de Piolle ,le Vert Guillaume Laget pour un espace dédié à… « l’échange des pratiques sur l’environnement, le recyclage du vélo, de l’alimentation saine et locale « (!). Le bâtiment exige de gros investissements pour être remis en état. Alain Carignon propose un appel d’offres transparent afin de le confier à un privé pour un projet commercial justifiant ces investissements.

TOUT LE MONDE VEUT REVENDRE LE SIÉGE DU CRÉDIT AGRICOLE

Lui aussi veut vendre le siège du Crédit Agricole une folie que la municipalité vient d’acquérir  (8M € !) et loger les services dans les quartiers en difficultés.Pour Alain Carignon  » Grenoble doit renouer avec l’ambition, l’espoir, la prospérité et trouver les moyens de financer ses projets et ses services aux Grenoblois ».L’opposition de droite et du centre ne se contente donc pas de critiquer des mesures qui témoignent de la pauvreté d’imagination  de nos discoureurs locaux.

L’IMPOSTURE D’UNE ÉLECTION QUI REPOSE SUR UNE TROMPERIE

Nos Rouges/Verts Grenoblois rejoignent le plus creux et le plus immobile de la municipalité Destot en rabotant lamentablement des services, en accentuant les difficultés de la ville. Ce faisant ils révèlent l’imposture que représente leur élection laquelle  repose sur une tromperie. Ils savaient qu’ils ne tiendraient aucun de leur 120 engagements.
Mais le cynisme en politique se paie très cher et très vite. Il n’a pas fallu deux ans.