BOUCHAYER -VIALLET à GRENOBLE: 500 LOGEMENTS dans le bruit et l’insécurité

Publié par Les Républicains 38 le


Encore le  » dialogue, l’échange  le lien social » . Mais comme d’habitude la réalité est plus triviale pour les habitants. À Bouchayer Viallet on nous alerte aussi.

Partout comme à Villeneuve avant hier(Pour l’Adjoint à l’Urbanisme « Les choix urbanistiques de Villeneuve sont un échec ! ») , à Hoche,(HOCHE: BÉTONNISATION de la rue, AMPUTATION du PARC PUBLIC)  à Bonne, à Painlevé , à Jean Macé (BÉTONNAGE: quai de la Graille/Jean Macé 10 000 habitants en bordure des voiries) hier et aujourd’hui et demain à l’Esplanade(BÉTONNAGE DE L’ESPLANADE à GRENOBLE : « débat » ou référendum ?)

Les riverains de Bouchayer VIallet sont excédés. Car 500 logements doivent être crées avec obligation de cohabiter avec des animations festives et des populations difficiles en termes de tranquillité publique

SALLES FESTIVES DE LA VILLE NON RÉGLEMENTAIRES !

Des habitants nous indiquent combien leur inquiétude est forte face à  » la politique d’urbanisation de ce quartier, portée par l’équipe municipale actuelle, tant sur la présence de salles festives  non réglementaires, que sur la gestion des écoles ou encore la violence devenue quotidienne dans notre quartier (cambriolages, menaces à l’arme blanche, tirs de pistolets à billes d’acier…) »

LA MUNICIPALITÉ DESTOT LAISSE FAIRE

Et d’expliquer que « La Salle Rouge, gérée par le CCAS de Grenoble, continue de diffuser à titre régulier de la musique amplifiée en dépit de la réglementation en vigueur.Cette salle n’est pas adaptée (simple vitrage, pas de double sas et la liste est longue….) et n’a pas été en mesure de présenter une étude d’impact acoustique  au service Hygiène Salubrité en novembre 2012. Malgré cela, la municipalité laisse faire et la diffusion régulière de musique amplifiée continue » précisent ses habitants .

ENCORE OLIVIER NOBLECOURT (PS)

Rappelons que le CCAS est dirigé par Olivier Noblecourt Adjoint (PS) suppléant de M.Destot qui se gargarise d’être convoqué à des commissions à Paris mais ne résout pas les problèmes pour lesquels il est mandaté et rémunéré.(O.NOBLECOURT (PS) ANNONCE QU’IL VA PARTICIPER à une COMMISSION à PARIS!)

Les habitants énumérent ce qu’ils doivent subir comme nuisances :
-Raves-party jusqu’au lendemain après-midi.
-Manifestations privées avec sono excessivement forte sur la voie publique et débordements.
-Fête dans la rue
-Introduction de fêtards dans un bâtiment en construction pour se droguer.

Rave-Party de 22h à midi à la Salle Rouge quartier Bouchayer Viallet à Grenoble

Rave-Party de 22h à midi à la Salle Rouge quartier Bouchayer Viallet à Grenoble

LE MAIRE NE PREND PAS LES MESURES

Et d’ajouter:

« Le maire, au courant de cette situation inacceptable pour les riverains ne prend pas les mesures suffisantes à la restauration de la tranquillité publique.

« La municipalité impose en urgence pour la prochaine rentrée scolaire la réforme des rythmes scolaires, la jugeant indispensable pour le respect des rythmes de l’enfant.
« Dans le même temps, elle autorise  45 musiciens à jouer des percussions brésiliennes jusqu’à 3 soirs par semaine jusqu’à 22 heures dans un quartier résidentiel et familial  les veilles d’école, privant nos enfants d’un sommeil légitime pour leurs âges. Malgré cela, nos demandes de modifier les horaires de répétitions à la municipalité sont restées lettre morte. »

—————————————————————————————————
LE NOUVEAU VISAGE DU QUARTIER BOUCHAYER VIALLET VU PAR UNE ENFANT

« Je m’appelle Zoé, j’ai 7 ans, je suis en CE1.

J’habite dans un tout nouveau quartier de Grenoble : Bouchayer-Viallet. J’étais contente de venir habiter ici avec mon petit frère. Il a 2 ans.

Il y a la Salle Rouge et la Salle Noire dans ma rue.  Il paraît que c’est important que les gens puissent s’amuser,  faire la fête là-bas…  C’est bien de penser aux grands… Mais qui pense à nous les petits? C’est beaucoup moins rigolo pour mon petit frère et moi.

Depuis quelques temps, j’entends les adultes parler entre eux de « respect du rythme de l’enfant »,  « réussite scolaire », « épanouissement des enfants », et même des mots compliqués comme « chronobiologie ».

C’est bien tous ces mots savants,

Mais ce qui serait super, c’est que je puisse dormir dans ma chambre  quand les gens font la fête toute la nuit en bas de chez moi. Maman a bien essayé de me mettre des boules quies, mais ça ne fonctionne pas bien…  Du coup, avec mon frère,  on lit des livres, on joue toute la nuit. Mes parents ne trouvent pas ça drôle !

Je sais ce que « nuit blanche » veut dire. J’en ai fait plusieurs et mes parents étaient tristes…

Maintenant, je sais comment appeler la police. J’ai vu Maman et Papa le faire tant de fois. Mais cela ne marche pas bien car dès que les policiers partent, les gens remettent la musique trop forte et retournent faire la fête dans la rue. Il y en a même qui font pipi contre les immeubles. Beurkk !

Maman et Papa ont expliqué à la municipalité ce qui se passait vers chez nous. Mais pourtant, cela continue…

Ma maîtresse dit que c’est important de se coucher tôt quand il y a école le lendemain.  Je  n’ose pas lui dire que je n’arrive pas à m’endormir avant plus de 22heures car, 3 fois par semaine, 45 personnes ont le droit de faire des percussions brésiliennes dans la Salle Rouge.  Maman et Papa ont bien demandé à la municipalité de changer les horaires pour que mon frère et moi puissions dormir… Mais ils ne veulent pas leur répondre …

Alors je suis fatiguée… J’ai du mal à me concentrer à l’école. Le soir, j’ai peur d’aller me coucher à cause des bruits.

J’ai entendu que le maire était quelqu’un d’important car il devait protéger la tranquillité des enfants, leur sommeil, leur santé, leur scolarité…

Pourquoi il ne veut rien faire pour mon petit frère et moi ? »
Si vous voulez voir (et entendre) ce que Zoé subit  depuis sa chambre : http://dl.free.fr/msijqbDdQ <http://dl.free.fr/msijqbDdQ>

LES RIVERAINS INTERROGENT LA VILLE, COMME À LA CASERNE DE BONNE….

« Nous, riverains, nous interrogeons sur l’urbanisation  de ce nouveau quartier alors que de nombreux problèmes se présentent au quotidien:

–       Les familles ne peuvent par dormir car des salles non réglementaires accueillent régulièrement de la musique amplifiée avec débordements fréquents sur la voie publique,

–       Tout comme cela s’était produit à la caserne de Bonne, l’arrivée des nouveaux élèves n’a pas été anticipée. Les parents d ‘élèves s’inquiètent quant aux effectifs des classes et au dimensionnement des écoles pour recevoir les enfants dans de bonnes conditions.(Bonne à Grenoble: C’EST REPARTI POUR « l’échange, le dialogue, le lien social…  »)

–       Les actes de violence sont réguliers. Des habitants du quartier expliquent que dans leur seule résidence, il y a eu dernièrement huit cambriolages, une dizaine de voitures vandalisées, des menaces à l’arme blanche dans les sous-sols et des tirs au pistolet à billes d’acier sur plusieurs appartements.

 

 

 

 

 

 

 

Catégories : Actualité