BLOCAGE des LOYERS: ASPHYXIE de l’AGGLOMERATION GRENOBLOISE

Publié par Les Républicains 38 le

Le Président (PS) de la Métro est devenu le porte parole du groupe Verts/Parti de Gauche qui a fait son élection. Christophe Ferrari nouveau converti à l’économie administrée fait feu de tout bois pour en expliquer la nécessité. Mais ce faisant il condamne sa propre politique.

Pour justifier du blocage des loyers dans l’agglomération le Président de la Métro explique au « DL » : « Tous les outils de régu­lation du marché immobi­lier doivent être mobilisés pour faire face à la crise du logement sans précédent que nous traversons  » .

Voilà 20 ans que la gauche et les Verts gèrent l’agglomération, multiplient les Plans Locaux d’Urbanisme qui densifient, créent à grands coups de superlatifs des milliers de logements nouveaux en bétonnant à mort – on a vu surgir à Grenoble Vigny-Musset, De Bonne, Bouchayer Viallet…  – additionnés à des investissements colossaux dans les transports collectifs afin d’éviter le fameux « étalement urbain » et le bilan est celui que décrit aujourd’hui Christophe Ferrari? «Une crise du logement sans précédent » ?

FERRARI RECONNAIT LES EMBOUTEILLAGES et la POLLUTION…

« De nombreux ha­bitants sont aujourd’hui contraints de vivre en péri­phérie éloignée pour se lo­ger à des prix accessibles, avec des coûts de déplacements domicile/travail qui augmentent significative­ment, et avec eux la pollu­tion atmosphérique et les embouteillages aux portes de Grenoble. »(POLLUTION: CES RECOMMANDATIONS QUE E.PIOLLE (Verts/PG) NE VEUT PAS SUIVRE)

Ainsi l’agglomération est polluée et elle connaît de forts embouteillages ?

Sa solution : bétonner encore et encore l’agglomération, chasser la dent creuse pour y construire partout, augmenter le taux de logements sociaux que la municipalité Piolle a porté à 40% minimum et bloquer les loyers des propriétaires qui investiraient encore ou accepteraient de louer!

En réalité c’est accentuer une politique que Christophe Ferrari reconnaît être un échec après 20 ans de son application sans défaillir. C’est plus de pollution et plus d’embouteillages puisque ces nouveaux habitants ont 0,53 voitures par personne selon la propre enquête ménages de la Métro.(Enquête ménages/déplacements de l’agglo: En 10 ANS DES VOITURES PLUS NOMBREUSES et 2200 PLACES SUPPRIMÉES à Grenoble)

GRENOBLE AURAIT BESOIN de PROPRIETAIRES : PIOLLE VA LES FAIRE FUIR

Aujourd’hui c’est vouloir pousser au bout une logique administrative du logement sans rapport avec la réalité et la psychologie de cette économie.

Grenoble qui compte déjà un trop faible taux de propriétaires par rapport aux grandes villes serait la grande victime de cette aggravation.  37% contre 57% en moyenne France . Le poids de l’impôt foncier pèse déjà sur un nombre trop restreint et rend insupportable son montant à trop de copropriétaires .Augmenter la pression sur eux va décourager encore plus et produire une véritable asphyxie : du logement, de la circulation, du stationnement. (GRENOBLE: la MUNICIPALITE PIOLLE (Verts/PG) S’ATTAQUE AUX CO PROPRIETAIRES). Grenoble aurait besoin de propriétaires pour louer , pour payer des impôts et ces mesures vont au contraire les faire fuir.

LES PRIX de VENTE AU M2 AU NIVEAU de 2006

On sait que les prix de vente du logement ont baissé à Grenoble contrairement aux affirmations de Christophe Ferrari. La FNAIM avait précisé en 2013 que « le prix moyen au m² sur l’agglomération grenobloise passe sous la barre des 2 600 €/m², correspondant au prix moyen de… 2006 » soit une baisse considérable du fait de l’inflation . A noter que le prix moyen à Grenoble est devenu inférieur au prix moyen dans la Métro ( hors Grenoble) . C’est dire la dégringolade de Grenoble.(GRENOBLE: LES LOGEMENTS VACANTS AUGMENTENT dans le PUBLIC et le PRIVE)

L’INSEE RECONNAIT LA PAUPERISATION de GRENOBLE

De son côté s’agissant plus particulièrement de Grenoble l’INSEE a souligné combien la population de la ville s’était paupérisée et précarisée .Plus vite qu’Echirolles, St Martin d’Hères, Pont de Claix qui avaient il est vrai de l’avance .(VERDICT DE L’INSEE : GRENOBLE SE PAUPÉRISE AVEC UN CUMUL DE SIGNES DE PRÉCARITÉ).

1300 € le M2 au VILLAGE OLYMPIQUE

On peut acquérir pour pas cher dans de très nombreux quartiers de Grenoble :dans l’essentiel de tout le sud de la ville.  Par endroit les propriétaires ne peuvent pas vendre tant leurs biens ont été dépréciés. Au Village Olympique un grand studio au dernier étage avec terrasse s’est vendu 1300€ le m2.Au rythme des voitures brûlées qui ont même incité Eric Piolle a rompre sa promesse de se rendre à l’Assemblée des Habitants parce qu’ils allaient lui parler d’insécurité , il est à craindre que les prix ne se soient pas relevés. (GRENOBLE:E.PIOLLE ( Verts/PG) LAISSE TOMBER le VILLAGE OLYMPIQUE)

LE DELAI D’ECOULEMENT des LOGEMENTS NEUFS ATTEINT la ZONE DANGEREUSE

Le Président des Promoteurs des Alpes a expliqué lui même que le délai d’écoulement des logements neufs approchait la zone dangereuse , celle à partir de laquelle l’investisseur voit le risque de boire le bouillon. Le taux de 40% de logement social dans les opérations est un facteur aggravant . (LOGEMENT :  » IL N’ Y A PLUS DE DYNAMIQUE SUR GRENOBLE « ) On imagine très bien ce que va devenir la future esplanade avec ses 650 logements .

BIENTÔT UN DEMANDEUR de LOGEMENT SOCIAL sur 2 REFUSERA L’OFFRE !

Il existe 4000 logements vacants à Grenoble et les organismes de HLM enregistrent 40% de refus de la part des demandeurs par rapport aux offres de logement social qui leur sont faites : ces refus montent à 50% ou plus dans certains quartiers. (GRENOBLE: LA MENACE D’UNE CRISE IMMOBILIÈRE)

Des logements privés vides et des logements sociaux refusés n’interrogent pas la gauche.(LOGEMENT à GRENOBLE : les FAUX CHIFFRES de le MUNICIPALITE)

INSECURITE, COMMUNAUTARISME, ECONOMIE SOUTERRAINE

Ni de savoir pourquoi les propriétaires sont réticents à louer , ni pourquoi les logements sociaux construits ne répondent pas à l’attente des familles modestes ? Ces dernières ne sont pas aveugles et elles voient bien qu’on leur a menti sur la fameuse » mixité sociale « . Elles se retrouvent dans des ghettos . Les annonces mirobolantes qui ont concerné Villeneuve hier, les éco quartiers aujourd’hui le futur Polygone que l’Europe va nous envier ne sont que des mots ; cela se termine toujours mal. La densité excessive , les attributions de logements non maîtrisées ont produit l’insécurité, le communautarisme , la progression de l’économie souterraine.(LOGEMENT à GRENOBLE : DUFLOT et PIOLLE, MÊME COMBAT)

LE GROUPE PS SE RIDICULISE

En imposant une surenchère de gauche par solidarité avec Cécile Duflot,  Eric Piolle plombe l’agglomération Grenobloise et la tire encore plus vers le bas.(METRO: C.FERRARI (PS) LÂCHE HOLLANDE et VALLS)

Christophe Ferrari n’est que le porte voix des dogmatismes qui ont produit la situation d’aujourd’hui. Lire Guillaume Lissy, Conseiller Régional et Communautaire au nom des élus du groupe PS qui « appuient avec force, dans le respect des engagements du président de la République, ( !) cette démarche de régulation dont notre agglomération a besoin «  est évidemment du plus haut comique. Le groupe PS piétine Hollande en prétendant respecter ses engagements pour complaire à Piolle.  On se demande ce qu’en pense Jérôme Safar, membre de ce groupe, qui appelait entre les deux tours des municipales la droite à voter pour lui afin de faire barrage à Piolle ?

UNE AGGLOMERATION QUI VA DEVENIR la BANLIEUE à PROBLEMES de LYON

Ce qui se dessine avec les blocages des voiries , la poursuite de la densification à marche forcée et maintenant le blocage des loyers c’est une agglomération de seconde zone. La naissance d’une grande banlieue de Lyon dans laquelle seront concentrés les problémes et les habitants à problémes . La capitale de Rhône Alpes poursuit son embellissement et son attractivité , sans craindre d’élever le niveau de sa population.

Pendant ce temps la majorité PS/Verts/PC de l’agglomération Grenobloise poursuit -elle – son objectif de créer un réservoir électoral de gauche et d’extrême gauche .Une politique de terre brûlée qui peut un jour ou l’autre se retourner bruyamment contre ses auteurs.

Catégories : Actualité