BIDONVILLE ESMONIN: PERSONNE POUR SAUVER le SOLDAT PIOLLE

Publié par Les Républicains 38 le

Personne n’a levé le doigt pour défendre le soldat Piolle dans l’affaire du bidonville Esmonin. Le Maire se contente d’un communiqué piteux pour reconnaitre que  » l’évacuation du bidonville était inévita­ble et nécessaire » (!). S’il ne se trouve personne pour justifier l’injustifiable, de ses colistiers à la droite, la critique est unanime. Sa gestion du dossier aura été calamiteuse du début à la fin.

Humanitaire? Quel humanité y a t il a aider au développement d’un camp de Roms pris en mains par des gangs, des mafias, des bandes qui cambriolent à tout va pour le démolir à la fin?

Efficacité ? Est il plus aisé de traiter quelques dizaines de cas à ses débuts que prés de 400 à la fin dont la moitié s’évadent dans la nature, probablement en situation irrégulière?

Juridique? Quelle logique à saisir le tribunal administratif en se refusant à prendre un arrêté d’expulsion début juillet et à le prendre fin juillet ?

M.CHAMUSSY (REP):  » CATASTROPHIQUE depuis le DEBUT »

Ce que résume Matthieu Chamussy (REP) :  » La gestion de ce dossier par M. Piolle aura été catastrophique depuis le début. Durant plus d’un an, il a alimenté par ses décisions la croissance du bidonville, méprisé les riverains, instrumentalisé la justice à des fins médiatiques pour, à la fin, renoncer aux soi-disants beaux principes dont il se glorifiait il y a peu » .

Ce qu'ont vécu les Grenoblois pendant 16 mois...

Ce qu’ont vécu les Grenoblois pendant 16 mois…

 

JO BRIANT ‘Verts/PG):  » IL Y A 12 à 18 MOIS QU’AURAIT DU ÊTRE EXAMINE le RELOGEMENT »

Même son colistier, Jo Briant fait la leçon à Eric Piolle (Verts/PG) :  » Il y a 12 à 18 mois qu’aurait dû être examiné le relogement quand il y avait une centaine de personnes dans le camp ». Quel que soit le côté ou on s’en empare rien ne justifie l’immobilisme qui a produit des drames au plan social pour les personnes concernées et une montée de la délinquance dont l’agglomération a été la victime.

Comme le dit Alain Carignon (REP) : « Eric Piolle est responsable des exactions » qui se sont produits pendant cette période.

G.HUDAULT ( SECOURS CATHOLIQUE)  » ON SE RETROUVE AVEC 400 PERSONNES, NOUS N’Y SOMMES PAS PREPARES »

Pourquoi ,mais pourquoi donc avoir attendu si longtemps? On est loin des déclarations tonitruantes, de l’hébergement « inconditionnel » des étrangers réguliers ou pas: « Nous n’aurions pas pu le faire plus tôt car il fallait attendre que la période scolaire se termine (le 3 juillet) » répond Eric Piolle au DL.
Le même qui affirme loger les familles dont les enfants sont scolarisés. Du n’importe quoi pour un sujet d’une sensibilité extrême.

« On se retrouve à de­voir héberger 400 person­nes et nous n’y sommes pas préparés » constate aussi le vice ­président du Secours catholique, Gé­rard Hudault .

La municipalité a affecté des logements d'instituteurs aux Roms créant un appel d'air

La municipalité Piolle a affecté des logements d’instituteurs aux Roms créant un appel d’air

 

R.CAZENAVE (REP) :  » L’EXERCICE du MANDAT de MAIRE EXIGE PLUS de SENS des RESPONSABILITES »

 » Seize mois d’atermoiements et de leçons de morale sur fond d’inaction n’auront fait au total qu’alourdir les problèmes humains, générer des nuisances prévisibles et complexifier le règlement du problème  » explique Richard Cazenave (REP).

L’ancien Député et Conseiller municipal rappelle ses devoirs au Maire de Grenoble: « L’exercice des mandats publics, en particulier celui de maire de Grenoble, exige un peu plus de sens des responsabilités et un peu moins de postures sémantiques aux effets délétères… »

E.Pleinel , de la nébuleuse rouge verte en plein délire pour soutenir la municipalité PIolle

E.Plenel , de la nébuleuse rouge verte en plein délire, inspirateur la municipalité Piolle

 

A.CARIGNON (REP):  » LA MUNICIPALITE EST DANS l’INCAPACITE de FAIRE FACE AUX REALITES de la VILLE »

Ce que Matthieu Chamussy , Conseiller Municipal (REP) et président du groupe d’opposition exprime aussi à sa manière: « Les Grenoblois ont une démonstration supplémentaire qu’ils ne peuvent compter sur leur maire pour assurer la tranquillité et la sécurité publique dont il est pourtant l’un des acteurs clé de par la loi » .

Tandis que l’ancien Maire de Grenoble, Alain Carignon (REP) en tire la conclusion selon laquelle  » avec ce dramatique dossier, cette municipalité démontre à nouveau aux Grenoblois qu’elle est dans l’incapacité de faire face aux réalités de la ville tant elle est prisonnière d’une idéologie d’un autre temps ».

L'installation de chalets par la municipalité Piolle au Rondeau à Grenoble pour 600 000 € auxquels le Conseil départemental présidé par JP Barbier (REP) refusera son soutien n'aura pas suffit

L’installation de chalets par la municipalité Piolle au Rondeau à Grenoble pour 600 000 € auxquels le Conseil départemental présidé par JP Barbier (REP)
refusera son soutien ,n’aura pas suffit

 

Y.SELLIER ( Patate Chaude) :  » CE QUI ME CHOQUE C’EST CETTE VIOLENCE »

Eric Piolle ne trouvera pas de réconfort non plus à gauche car pour Jo Briant  » il y a une violence symbo­lique, une mobilisation de centaines de policiers et un dispositif impression­nant, traumatisant » dans cette évacuation. Les élus PS/VERTS/PG et PC de la Métro ont en effet mis le paquet en termes de moyens matériels ! On imagine leurs cris si la droite avait réalisé une telle opération.

D’ailleurs « ce qui me choque, c’est cette violence exercée sur des familles de façon complè­tement scandaleuse et inadmissible que de le fai­re à 6 heures, au petit matin  » s’indigne Yvon Sellier ( la Patate Chaude).­

LE BIDONVILLE EST NE SOUS DESTOT/SAFAR (PS)

L’ancien Conseiller Municipal ( app PS) soutien de Hollande, Stéphane Gemmani , estime que  » jamais cette situation n’aurait dû être gérée de la sorte ». Toutefois ce bidonville est né pendant qu’il siégeait dans la municipalité Destot/Safar (PS). Les 3 premiers mois de son développement l’ont laissé, lui et la municipalité d’alors, totalement indifférents seulement préoccupés qu’ils étaient par leur réélection. Les considérations humanistes d’aujourd’hui n’avaient pas cours.

l'un des nombreux cambriolages effectué à partir du bidonville esmonin: la voiture prise en chasse à Bernin à la suite d'un cambriolage termine sa route à Grenoble. A St Martin le Vinoux on a comptabiisé 30 cambriolages en quelques semaines

l’un des nombreux cambriolages effectué à partir du bidonville Esmonin: la voiture prise en chasse à Bernin à la suite d’un cambriolage termine sa route à Grenoble. A St Martin le Vinoux on a comptabiisé 30 cambriolages en quelques semaines

 

S.GEMMANI ( VINCI/CODEX) :  » NOUS N’ATTENDONS PLUS RIEN de la MAIRIE de GRENOBLE »

Au nom de Vinci/Codex , l’association qu’il préside, il critique  » l’attitude d’avoir déclaré que tous les ressortissants de ce camp devaient être logés, hébergés de façon systématique » . Côté efficacité et politique il affirme: « nous n’attendons plus rien de la mairie de Grenoble « . Il regrettait pourtant – c’est une éternité pour lui- en novembre dernier que l’entente ne soit pas possible avec les Verts d’Eric Piolle pour faire son entrée au département alors que « c’est possible ailleurs en France  » ( DL 15/11/14) .Ce n’est pas de ce côté là non plus qu’Eric Piolle trouvera de la chaleur humaine.

LE SILENCE de SES AMIS VAUT CONDAMNATION

Le silence de ses amis vaut aussi condamnation. Il est vrai qu’ils ont du avaler beaucoup de tournants politiques en peu de mois: donner à Bouygues/Vinci l’éclairage public de la ville , accordant ainsi à une société privée ce qu’aucune municipalité de Grenoble n’avait fait depuis un siècle et demi ;

Accepter la baisse historique du financement des transports collectifs par le Conseil général dans le cadre d’un accord entre les majorités PS/PC/Verts du département, de la Métro et du SMTC.

Et maintenant appeler la police et la seconder pour évacuer un camp de Roms qu’ils auront grandement contribuer à développer.

E.Martin, E.Piolle, R.Avrillier, O.Bertrand, A.Confesson le clan des durs de la municipalité qui appellent la police pour déloger un camp de Roms: la bérézina idéologique

E.Martin, E.Piolle, R.Avrillier, O.Bertrand, A.Confesson le clan des durs de la municipalité qui appelle la police pour déloger un camp de Roms: la bérézina idéologique

 

UNE BEREZINA IDEOLOGIQUE

A entendre les vociférations anti capitalistes des membres de la municipalité Piolle, leurs diatribes anti-banques, anti finances , leurs leçons au monde (!) sur le traité transatlantique, on imagine certains cerveaux échauffés par la débandade actuelle. Ils se sont déjà exprimés au moment du choix de Bouygues/Vinci.

L’été 2015 d’Eric Piolle sera bien celui de la Bérézina. Au plan idéologique, humanitaire, social, de la délinquance, de la communication. ça fait beaucoup.

Catégories : Actualité