BÉTONAGE OU URBANISATION ? UNE PÉTITION DÉNONCE  » DES ÉCOLES QUI DÉBORDENT « 

Publié par Les Républicains 38 le

La municipalité Destot bétone sans avoir aucunement prévu les infrastructures qui devraient accompagner cet apport massif d’habitants. Une pétition circule actuellement à l’initiative des habitants pour dénoncer cette situation.

Le débat de mercredi 12 juin à 19h30 dans le cadre des «  Primaires du Changement «  à la Maison du Tourisme devrait aborder ces questions puisqu’il a pour thème : «  Bétonage ou urbanisation ? ». Il tombe à pic.
En effet dans une analyse signée du Conseil d’Administration de l’Union de quartier Berriat Saint-Bruno-Europole
, du  Conseil d’Administration de la MJC Parmentier
, du conseil local FCPE du collège Fantin-Latour
, du conseil local FCPE de l’école Chorier
 de la liste indépendante des parents d’élèves de l’école élémentaire Chorier et de nombreuses signatures individuelles de Grenoblois engagés dans la vie des quartiers , les habitants établissent un bilan très critique des conséquences de la bétonisation et de l’absence d’anticipation de la municipalité.(DENSIFICATION DE L’AGGLO : DESTOT/BAÏETTO ACCÉLÈRENT)

PLUS DE 10 000 HABITANTS SUPPLÉMENTAIRES

Dans la pétition adressée à M.Destot ils rappellent que « Le secteur 1 de Grenoble situé au nord-ouest de la ville a énormément changé depuis 10 ans avec la construction de logements dans le quartier Gare-Europole, à la place de l’ancienne usine Lustucru, sur la zone de Bouchayer-Viallet, au Clos des Fleurs et prochainement sur la ZAC de la Presqu’île. L’ensemble de ces programmes immobiliers représentent plus de 10.000 habitants supplémentaires, soit un accroissement de plus de 40% de population par rapport au recensement INSEE 2009 qui dénombrait 27.000 habitants. Et pourtant les infrastructures pour les habitants n’ont pas suivi »

TOUTES LES ÉCOLES DÉBORDENT

Et de citer « Toutes les écoles du secteur (Ampère, Anthoard, Claude Bernard, Berriat, Buffon, Chorier, Diderot, Jaurès, Macé et Vallier) (qui) débordent et les parents interpellent vos services chaque année. Les cantines scolaires accueillent 2 à 3 fois plus d’enfants que leurs capacités initiales. Les salles communes se convertissent en salles de classe ne laissant plus de place pour les activités périscolaires qui vont se développer dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires. A force de protestations, l’école Jean Macé, dans la partie nord du secteur, est enfin en cours d’extension mais ne sera livrée qu’en 2018. Cette extension répondra aux problèmes spécifiques du quartier Jean Macé (le Clos des fleurs et la rénovation des logements voisins), mais pas aux problèmes du secteur compris entre Europole et Ampère ! Ce n’est pas une seule école qui permettra de faire face à l’augmentation de la population scolaire du secteur entier. Nous pensons qu’une autre école est nécessaire de l’autre côté de la ligne de chemin de fer à la limite avec le nouveau quartier Presqu’île, qui doit se construire d’ici 2020 ».

DES CONDITIONS DE SCOLARISATION TRÈS TENDUES

Les habitants de ces quartiers doivent supporter dans l’organisation de la famille et de la scolarité des enfants une politique de densification intense. Rappelons que le «  Clos des Fleurs «  est un groupe d’immeubles sans espaces verts qui appartient au quartier Jean Macé , lequel -à lui seul- comptera 10 000 habitants.(BÉTONNAGE: quai de la Graille/Jean Macé 10 000 habitants en bordure des voiries)

Les signataires rappellent : « A nos enfants qui ont grandi en pensant aller dans le collège du quartier, le collège Fantin-Latour, on dit maintenant qu’ils devront aller dans un collège beaucoup plus éloigné. Le collège Europole, pourtant idéalement situé, n’est cependant pas ouvert aux élèves des quartiers environnants. Ainsi, aux collégiens du quartier déjà en surnombre, on en ajoute encore venant d’autres parties de l’agglomération. Les élèves déjà scolarisés au collège Fantin-Latour sont trop nombreux. La cour est extrêmement petite. Il est souvent nécessaire d’aller chercher des tables et des chaises supplémentaires dans les classes voisines. Les conditions de scolarisation sont très tendues. Cela fait 3 ans que le nombre d’élèves dépasse la capacité théorique du collège de 650 élèves malgré des resectorisations successives. ».

OU SONT LES GYMNASES? LES AIRES DE JEUX? LES TERRAINS DE SPORTS ?

C’est l’analyse de l’avenir qui est la plus cruelle pour la municipalité Destot : prise dans sa folie de densification à outrance elle n’a prévu aucune infrastructure supplémentaire : ou sont les gymnases, les aires de jeux, les terrains de sport ? Et bien entendu les écoles. L’Adjoint au Bétonage vit à Aix les Bains et entasse les populations sans aucun espace pour les enfants, les scolaires, pour vivre et respirer .(Ph.de LONGEVIALLE Adjoint à Grenoble: de Charles Pasqua à François Hollande!)

Évidemment tout cela est réalisé à voiries constantes – voire réduites- sans nouveaux parkings et en n’imposant plus que 0,8 place de stationnement  par appartement construit alors que la municipalité UMP il y a 18 ans imposait 1,5 places par logement !

 » D’ICI 5 ANS L’ÉQUIVALENT D’UN NOUVEAU COLLÈGE! »

D’autant que les chiffres de population indiqués par les pétitionnaires sont encore en dessous de la réalité : le seul quartier du polygone doit recevoir 15000 habitants. Les 5000 habitants de l’esplanade auront également des demandes de services publics dans le secteur. Les 3000 logements prévus dans la zone Sassenage/Fontaine ne seront pas sans conséquences non plus pour n’évoquer que la bétonisation de proximité.

Les signataires de la pétition indiquent : «Nous avons comptabilisé le nombre d’élèves présents dans les écoles et le collège du secteur, et nous avons montré que le nombre d’élèves scolarisés dans ces écoles et ce collège va continuer d’augmenter fortement jusqu’en 2020 et largement dépasser les capacités d’accueil actuelles. Ce n’est donc pas une augmentation conjoncturelle mais une croissance prévisible et attendue. D’ici 5 ans, il faudrait l’équivalent d’un nouveau collège pour accueillir tous les collégiens du secteur. »

« AUCUN TERRAIN DE SPORT OU UN GYMNASE N’A FLEURI DANS LE QUARTIER » pendant qu’on bétonne

 » Le 19 avril lors d’une réunion, le Conseil Général a confirmé nos estimations et a montré que cela ne concerne pas seulement notre quartier, mais aussi les autres collèges du nord de Grenoble : Champollion (excès de 131 élèves) et Stendhal (excès de 199 élèves). Au total avec Fantin-Latour en excès de 294 élèves, cela ferait 634 élèves qui ne pourraient pas être scolarisés à proximité de leur lieu d’habitation. Même en resectorisant une partie des élèves sur le collège le moins éloigné, Aimé Césaire, 469 élèves ne trouveraient pas de place.

« Nous souhaitons aussi souligner l’état des équipements sportifs. Toute une génération d’enfants n’a pas pu bénéficier de la piscine Chorier-Berriat. Aucun nouveau terrain de sport ou gymnase n’a fleuri dans notre quartier. Les enfants perdent un temps précieux en transport pour aller pratiquer le sport scolaire. Les structures périscolaires sont également sous-dimensionnées et les structures de loisir et culturelles (MJC + centre social) sont loin de couvrir les besoins du quartier. Il a fallu 5 ans pour que l’espace Mozart ouvre enfin, mais il ne concerne que peu d’enfants.

UN RECOURS MASSIF AUX MOYENS DE TRANSPORTS

« Cette pénurie de sites éducatifs, sportifs et culturels sur le secteur engendre un recours massif aux moyens de transport avec les conséquences que l’on connait sur la pollution atmosphérique, le stress, la perte de temps et les risques sur la santé des habitants »

Même si la ville n’a pas la responsabilité directe des collèges, ce sont des majorités PS/PC/Verts/Ades qui gèrent le département et une majorité PS/PC qui gère la ville. Tous les Conseillers Généraux qui représentent Grenoble sont PS/Verts/Ades/PC : G.Pérez,C.Crifo, O.Bertrand , A. Pilaud… Ils ont montré leur inefficacité à défendre les dossiers culturels de Grenoble.Avec le scolaire ils démontrent leur indifférence à l’égard d’une situation qu’ils créent eux mêmes.

Mais les pétitionnaires rappellent que la ville a bien la responsabilité directe des écoles, des équipements sportifs et culturels.

« LA CONSÉQUENCE DE VOTRE POLITIQUE D’URBANISME »

Ils rappellent à M.Destot : » Nous n’oublions pas que la décision d’augmenter fortement les logements dans notre quartier est la conséquence de votre politique d’urbanisme. Il est donc légitime de vous demander ce que vous avez prévu pour améliorer les conditions d’accès à l’éducation de nos enfants.

« Nous ne voulons pas attendre. Cela fait déjà de nombreuses années que nous participons de façon active aux conseils consultatifs de secteur, aux conseils d’école, aux conseils d’administration du collège, aux concertations de toute sorte, aux réunions avec vos adjoints pour un résultat bien maigre. Nous savons que l’année qui vient est celle des projets, qui pourront répondre à nos attentes, pour la prochaine mandature (2014-2020). Nous attendons de vous (comme d’ailleurs des autres prétendants à la Mairie) des engagements clairs vis à vis des habitants du quartier pour que les terrains ou bâtiments nécessaires au collège et aux nouvelles structures soient identifiés et mis à disposition, que le plan pluriannuel d’investissement intègre les moyens nécessaires aux écoles et aux structures du quartier et que soient programmés annuellement des moyens de fonctionnement à la hauteur du nombre d’enfants vivants dans ce secteur »

LE CONSEIL MUNICIPAL DU 17 JUIN EST UN TEST

Ainsi ce que nous dénonçons ici se retrouve constaté sur le terrain par les habitants et les usagers.La municipalité Destot ne veut rien entendre .

Le Conseil Municipal du 17 juin sera un test supplémentaire : 10 000 Grenoblois demandent l’annulation de la ZAC de l’Esplanade. La totalité des Unions de Quartiers de la ville par la voix du CLUQ demande de suspendre le projet pour préserver l’un des derniers espaces de respiration de la ville .( ESPLANADE à Grenoble : LA DENSITÉ DE VILLENEUVE ET L’URBANISME DE TEISSERE).Les défenseurs du Parc Paul Mistral refusent le transfert de la foire de l’esplanade dans le parc ce qui serait la conséquence de la réalisation du projet de l’esplanade.(LA FOIRE PARC PAUL MISTRAL?«INACCEPTABLE« pour les UNIONS DE QUARTIERS de GRENOBLE)

STOPPER CE QUI PEUT L’ÊTRE

Il faut en effet stopper ce qui peut l’être . On pourra voir si la municipalité Destot prend conscience qu’elle conduit Grenoble dans le mur. Il faut avant de décider , analyser au préalable les besoins engendrés par ces apports massifs de population en termes scolaires, d’espaces libres, d’aires de jeux et d’équipements sportifs totalement ignorés jusque là .

Ce qui démontre bien au passage que cette politique n’a pas pour objet d’améliorer la vie des habitants mais bien de créer des réservoirs électoraux.

Étudier aussi sérieusement ce qu’il en est en besoins de voiries et de stationnement ce qui ne signifie pas privilégier les véhicules individuels mais les prendre en compte.

UNE MAUVAISE NOUVELLE POUR LA MUNICIPALITÉ

Cette  pétition est une mauvaise nouvelle pour la municipalité Destot : la société civile prend en mains les problèmes et toutes les fausses instances de consultation démontrent qu’elles ne peuvent pas empêcher la réalité de surgir à la face des élus PS et de leurs alliés.(Conseil « Consultatifs »de secteur: le trucage de la démocratie locale à Grenoble)

Ce n’est qu’un début . Car chaque pan de sa politique mérite d’être jugé de même : 18 ans de mandat conduisent à une ville qui se paupérise, polluée,.(Pour « FBI », 300 CANCERS CHAQUE ANNÉE ? LA PREUVE QU’ON EST LES MEILLEURS!)  asphyxiée en termes de circulation, ou l’insécurité grandissante pose des problèmes quotidiens de plus en plus graves.(VERDICT DE L’INSEE : GRENOBLE SE PAUPÉRISE AVEC UN CUMUL DE SIGNES DE PRÉCARITÉ)

LA MUNICIPALITÉ DOIT ÊTRE JUGÉE SUR SES RÉSULTATS

Elle doit être jugée globalement . Sur ses résultats. C’est en cela que le débat ne doit pas être à nouveau faussé par des opérations d’enfumage, des faux réseaux citoyens pour parvenir à une nouvelle alliance PS/Verts/Ades/PC pour conduire la même politique.(V.COMPARAT ( VERTS/ADES) GÉRE LE  » RÉSEAU CITOYEN » !)

C’est l’avantage des «  Primaires du Changement » qui se déroulent à ciel ouvert dans la transparence et la confrontation des projets.

Ceux qui le souhaitent peuvent s’associer à la pétition :

Collectif « Pour un collège de proximité »

Je m’associe aussi aux premiers signataires, parents élus dans les écoles et au collège du secteur 1 de Grenoble, ou parents délégués de classe du collège.

 

Catégories : Actualité