AUTOROUTE GRENOBLE/SISTERON: A.VALLINI (PS) REFUSE LE VOTE

Publié par Les Républicains 38 le

Une fois de plus André Vallini aura refusé que le Conseil Général délibère en faveur de l’achèvement de l’autoroute Grenoble Sisteron. Alors que le département de l’Isère ne s’est jamais prononcé favorablement depuis qu’il est dirigé par une majorité PS/Verts/PC , Pierre Gimel (UMP) et les Conseillers Généraux de l’opposition sont revenus à la charge afin qu’un texte soit adopté.

Comment en effet avoir une chance de relancer cet achèvement – l’autoroute a été interrompue en 1997 à l’arrivé de Jospin– alors qu’aucune collectivité locale n’a  déclaré officiellement  le demander?

TOUTES LES COLLECTIVITES PS/VERTS/PC HOSTILES à A 51

La Métro, la ville de Grenoble, le Conseil Régional Rhône Alpes et le… Département de l’Isère ont tous délibéré pour demander l’amélioration des routes existantes plutôt que de réaliser A 51.

Si André Vallini était sincère sur le sujet et non pas seulement politicien il aurait bondi sur l’occasion pour faire voter le département de l’Isère et démontrer sa volonté. Il l’a empêché car au delà des déclarations, il sait qu’aucun Conseiller Général PS ne peut être élu en particulier dans l’agglomération Grenobloise sans les suffrages des amis de E.Piolle (Verts/Parti de Gauche). Les sièges valent encore ce sacrifice. On est bien dans la méthode Hollande qui a fait de même avec les centrales nucléiares.

A.VALLINI (PS) EMPÊCHE le CONSEIL GENERAL de DELIBERER FAVORABLEMENT

Le Conseil Général – une fois de plus- a donc refusé de délibérer. On s’étonne que les  » forces économiques » si promptes à applaudir Vallini ne s’émeuvent pas de ce nouveau blocage . A moins qu’elles continuent à faire semblant de croire le Secrétaire d’Etat.

En effet André Vallini a affirmé qu’il  » allait continuer à se battre pour faire avancer ce projet » (!) en refusant que le Conseil Général demande sa réalisation. On croit rêver.

Ainsi après l’avoir stoppée en 1997, n’avoir pas avancé d’un iota pendant 12 ans de présidence du Conseil Général, ni par sa présence au gouvernement , l’élu Isèrois prétend « faire avancer » l’autoroute en interdisant que la collectivité départementale se prononce en sa faveur.

De la belle ouvrage politicien. Un superbe immobilisme au détriment de l’économie , du tourisme et de l’emploi.

 

Catégories : Actualité