Autoroute A51: L’ARRÊT FIGURAIT DANS LE PROGRAMME JOSPIN.Les mensonges d’André Vallini

Publié par Les Républicains 38 le

Avec son habituelle impudence André VALLINI, Président (PS) du Conseil Général prétend relancer le dossier de l’achèvement de l’autoroute Grenoble-Sisteron bloqué au Col du Fau par le majorités PS/Verts successives!

C’est une véritable fuite en avant pour le Sénateur PS depuis qu’il a échoué à entrer dans le gouvernement AYRAULT et que son « ami » HOLLANDE ne l’a pas retenu. Une politique de communication et de coups remplace les convictions et le travail sérieux.

LA DROITE DÉCIDE, LA GAUCHE BLOQUE

S’agissant de l’autroute Grenoble Sisteron  les Députés PS de la circonscription concernée se sont toujours opposés à cet achèvement au premier chef Didier Migaud.
Comme le rappelle Jean-Claude PEYRIN c’est un comité interministériel d’un gouvernement de droite en 1987 qui a décidé de cette autoroute dont la construction n’a avancé que par intermittence avec les gouvernements de droite : Après la décision de 1987 par le gouvernement CHIRAC auquel Alain CARIGNON participait le projet a été bloqué par la gauche de 1988 à 1993. À cette date le projet a pu avancer grâce au gouvernement BALLADUR au sein duquel Alain CARIGNON a poussé la réalisation. Elle s’est poursuivie sous le gouvernement JUPPÉ jusqu’en 97.

L’ARRÊT DE GRENOBLE SISTERON FIGURAIT AU PROGRAMME JOSPIN !

Et c’est encore la gauche qui a arrêté le projet puisque dans le programme PS/Verts du gouvernement JOSPIN (1997) figurait l’interruption de l’autoroute Grenoble-Sisteron ce que Madame Dominique VOYNET Ministre de l’Environnement est venu confirmer sur nos terres. Les Députés PS André VALLINI, Michel DESTOT ont soutenu ce programme absurde pour notre région. À l’époque – déjà – ils n’ont obtenu aucune responsabilité gouvernementale et ont sacrifié l’intérêt de leur région.

GRENOBLE -VALENCE RÉALISÉE CONTRE LE PS ET LES VERTS

Rappelons que les seules réalisations autoroutières dont Grenoble bénéficie l’ont été sous la droite : Grenoble-Chambéry et Grenoble-Lyon. Et l’autoroute Grenoble-Valence a été bloquée par un vote du Conseil Général de l’Isère présidé par Louis MERMAZ (PS) jusqu’à qu’il soit battu par Alain CARIGNON (1985). C’est la nouvelle majorité de droite du Conseil Général qui soutint ce projet qui se réalisa, la déclaration d’utilité publique de Grenoble Valence étant signée par Jacques CHIRAC (1988) et rendant inéluctable sa réalisation.

Car « le Président VALLINI et sa majorité ont toujours été opposés à Grenoble-Sisteron comme aux autres  réalisations » affirme le Président de l’UMP38 dans un communiqué « et notamment les Verts qui sont « vent debout » contre cette réalisation » .

TOUTES LES COLLECTIVITÉS PS S’OPPOSENT À GRENOBLE SISTERON

« Dans l’Isère, toutes les collectivités gérées par un élu socialiste sont opposées à la poursuite de l’A51. Ainsi du Président de la Métro, Marc BAIETTO, et du Maire de Grenoble, Michel DESTOT. Il n’est pas inutile de rappeler que toutes ces instances (Conseil général, Ville de Grenoble, Métro) ont été amenées à se prononcer en 2011 sur le Schéma National d’Infrastructures et de Transport (le SNIT). Toutes ont proposé des aménagements des routes nationales plutôt que la complétude de l’A51. Et ce, malgré les interventions et l’opposition des élus UMP ou apparentés. Quand à l’ancienne Député de la 1ère circonscription, Geneviève FIORASO, son silence sur le sujet a été assourdissant, comme bien souvent sur les grands dossiers de Grenoble et de son agglomération » .

UN BILAN ACCABLANT POUR ANDRÉ VALLINI

Un bilan accablant pour André VALLINI et ses amis qui portent une lourde responsabilité. Aucun coup de communication ne pourra effacer ce mal qui a été fait.
Car avec ce blocage ils n’ont pas pu réclamer les crédits d’État pour le contournement Nord/Sud de Grenoble plaçant l’agglo dans une situation de blocage complet. Et aujourd’hui la situation financière étant plus grave ils ne peuvent plus rien demander.
Si bien que même si l’achèvement de cette autoroute s’inscrivait dans une réalité ils n’ont plus la capacité d’en assumer les conséquences et de régler la traversée Nord/Sud de Grenoble avec des crédits d’État ! (GRENOBLE, « BOUCHON » INTERNATIONAL : DESTOT et VALLINI RESPONSABLES )

GRENOBLE DANS UNE IMPASSE

MM. VALLINI et DESTOT ont bien placé Grenoble dans une impasse aux conséquences incalculables (pollution, (GRENOBLE : POURQUOI LA POLLUTION VA S’AGGRAVER) image de bouchon international, attractivité économique réduite, qualité de vie des habitants , trajets domicile travail impossibles pour les salariés).

Ils n’ont d’ailleurs pas eu la volonté de régler la liaison Est Ouest (tunnel sous la Bastille) à cause de tergiversations, d’aller retour, d’accords électoraux avec les Verts et peut être simplement l’incapacité de conduire un grand dossier en l’absence de leader local.

UNE ANNONCE MORT NÉE

D’ailleurs Jean-Claude PEYRIN résume très bien la chose au nom de l’UMP38 : « Après le tramway Grenoble-Moirans (annoncé et jamais réalisé), le tunnel sous la Bastille (annoncé et jamais vu) » cette annonce subira le même sort .

Catégories : Actualité