APRÈS 19 ANS DE GESTION PS/Verts: 40 DEMANDEURS PAR LOGEMENT SOCIAL À GRENOBLE

Publié par Les Républicains 38 le

Finalement l’Adjointe (app PS) au Maire de Grenoble « au logement et à l’habitat « (!) Monique Vuaillat a redécouvert les petites annonces.C’est ce qu’elle explique dans le DL pour favoriser l’accès au logement. Après 19 ans de gestion la municipalité force dans l’innovation.

D’ailleurs elle aussi est  » missionnée  » par Cécile Duflot  »  afin d’améliorer le service rendu aux demandeurs ».
Gageons qu’elle proposera les petites annonces comme révolution nationale pour le demandeur de logement.

DES ÉLUS MISSIONNÉS,  VOYAGEURS, AU FRAIS DE QUI?

En tout cas tous ces élus  » missionnés  » et voyageurs ( dont Paul Bron, O.Noblecourt …) ne s’expliquent toujours pas de savoir si ces hautes missions qui consistent à se rendre à Paris dans d’innombrables commissions inutiles s’effectuent aux frais du contribuable Grenoblois ou du Ministère qui les missionnent ?

Dans le « DL » avant la  » conférence communale  » du 20 septembre consacrée au logement Monique Vuaillat dresse un bilan très positif de l’action municipale dans son secteur.

Contrairement à Jean-Philippe Motte qui pointe la progression de la pauvreté à Grenoble – mais il est vrai qu’il ne se représente pas, lui- elle estime que c’est un grand succès d’avoir encore augmenté la part du logement social à Grenoble.

LA MUNICIPALITÉ A OUBLIÉ QU’ELLE A DÉJÀ SA BANLIEUE DANS LA VILLE

Car la municipalité Destot n’a pas intégré la réalité grenobloise à savoir que ce pourcentage n’avait pas grande signification dans une ville qui contient elle même sa banlieue : des quartiers entiers ont un pourcentage de près de 100% de logements sociaux. Ne faut il pas traiter d’abord ces populations, sauver l’équilibre de ces quartiers, mettre les moyens pour valoriser auprès de ces habitants la valeur de l’effort et de la responsabilité individuelle? Afin de les sortir d’une situation de précarité plutôt que de l’entretenir?

LES LOGEMENTS AU SUD ONT DU MAL À TROUVER PRENEURS

Monique Vuaillat reconnaît que  » Les logements situés dans le sud de Grenoble, notamment sur les quartiers de La Villeneuve, Mistral ou Teisseire ont plus de mal à trouver preneurs que ceux situés au nord de la ville ». (GRENOBLE: LA MENACE D’UNE CRISE IMMOBILIÈRE)

On se souvient que l’élue avait été encore plus claire en avouant lors d’un conseil municipal au moins 100 logements vides à Villeneuve et le recours ( déjà) aux petites annonces pour les occuper.( VILLENEUVE : 100 LOGEMENTS VIDES )

Curieusement Monique Vuaillat évoque maintenant dans le « DL » le chiffre de 100 logements vacants mais sur l’ensemble du parc de 2500 , soit 2 à 3% .

Quel est le vrai chiffre ?

QU’EN EST IL DES ATTRIBUTIONS À L’ARLEQUIN ?

Il va falloir que la municipalité s’en explique sérieusement car les grenoblois ne se contenteront pas de déclarations de circonstance dans le débat de mars.

Est- il vrai que les habitants des camps démantelés de Roms à Fontaine et ailleurs ont été affectés à l’Arlequin ?  Ce qui expliquerait la disparition des 100 logements vacants ? M.Vuaillat et la municipalité parlent de  » transparence  » des attributions mais pratiquent une opacité totale.(LOGEMENT:un TÉMOIGNAGE ACCABLANT sur L’ÉCHEC des VERTS/ADES à Grenoble )

UNE GERME D’AFFRONTEMENT DE COMMUNAUTÉS

Car ce type de politique porte en germe l’affrontement des communautés entre elles en favorisant les regroupement de populations et abandonnant la promotion des valeurs de la République.

Son échec est aussi inscrit dans le fait que « L’expérience montre qu’il peut y avoir 40 réponses et autant de visites pour un seul logement » explique t elle .

La fuite en avant bétonneuse n’a donc rien résolu et ne résoudra rien.(PRESQU’ILE DE GRENOBLE: SI DENSE QUE LES JARDINS SERONT SUR LES TOITS) Passer de 19 à 21 puis à 23 % de logements sociaux ne fait qu’aggraver une situation non maîtrisée sans procurer de logement pour tous. L’accumulation  dans la ville de problèmes sociaux,d’intégration, d’emploi,d’ethnies concurrentes est explosive.

UNE VILLE INGÉRABLE

Et même les proportions de près de 50 % de logements sociaux ( 400 sur 850 à De Bonne, 50% de programmé pour les futurs 10 000 habitants du polygone) posent plus de problèmes à venir qu’ils n’apportent de solution. La paupérisation accentuée de Grenoble porte en germe une ville ingérable.

On retrouve là la propension socialiste à refuser de faire confiance à la personne,sa volonté de maintenir une population dans l’assistanat plutôt que de lui offrir des possibilités de promotion. Il s’agit toujours et partout de créer des dépendants afin de constituer des réservoirs électoraux.(JAMEL: » DESTOS, IL EST PORTUGAIS, C’EST POURQUOI IL MET DU CIMENT PARTOUT »)

PERSONNE NE VEUT ÉCHANGER SON HLM

Une situation actée par la municipalité puisque Monique Vuaillat reconnaît aussi l’échec total de la tentative  » de bourse d’échange d’appartements entre locataires » . Après avoir constitué des ghettos, après avoir livré des quartiers à l’économie souterraine le PS demande à certains habitants s’ils ne veulent pas échanger leur appartement ! Le petit nombre encore épargné accepterait d’aller loger dans un quartier ou la délinquance domine!

Pourquoi n’avoir jamais vendu de HLM en particulier à leurs occupants de longue date?

AU LIEU D’AVOIR RECHERCHÉ L’ÉQUILIBRE…

Au lieu d’avoir pensé le peuplement de Grenoble en terme d’équilibre entre les catégories sociales et professionnelles,(FLAUBERT à GRENOBLE: ENCORE 2200 LOGEMENTS ET 10 000 NOUVEAUX HABITANTS)

au lieu d’avoir voulu le logement social à l’échelle du département de façon à répartir les problèmes pour mieux les résoudre, (FONTAINE-SASSENAGE: la MÉTRO (PS) VEUT AJOUTER 3000 LOGEMENTS À L’ENTRÉE DE GRENOBLE !)

au lieu d’avoir favorisé la création de pôles urbains secondaires  en capacité de prendre leur part des populations défavorisées, bien reliés par des TER puisque Grenoble à la chance d’avoir des voies de chemin de fer vers Lyon , vers Valence et vers Chambéry,

GRENOBLE ORGANISE L’IMMIGRATION CLANDESTINE

au lieu d’avoir maîtrisé les filières d’immigration clandestine pour éviter qu’une population hors la loi soit contrainte de vivre d’expédients, de prostitution ou de délinquance,Grenoble continue a accueillir .. 1400 demandeurs d’asile par an dont 1200 sont des faux qui sont logés, nourris, éduqués pendants 12 mois avant d’être rejetés dans la nature Grenobloise! ((1400 DEMANDEURS D’ASILE PAR AN : POURQUOI GRENOBLE ?)

LE 20 SEPTEMBRE ON IGNORERA CES RÉALITÉS…

La journée du 20 septembre au Musée avec ses sempiternels empilage de mots et d’usines à gaz créatrices de frais de fonctionnement ne prévoit pas d’aborder ces réalités.

Elle est plutôt sur du redondant: on imagine ce qu’il en est du thème: “Accès au logement : quels services et quels accompagnements? Et  » le demandeur acteur » lorsqu’il y a 40 demandeurs pour un logement selon le chiffre de M.Vuaillat!

… LA MUNICIPALITÉ NE TRAITERA PAS LES CAUSES

La municipalité Destot ne s’est pas attaquée aux causes  de la demande et n’a apporté aucune solution sérieuse au problème du logement social à Grenoble aggravant la situation de la ville.(VILLENEUVE à Grenoble : DESTOT EMBARRASSÉ PAR LA VILLE COMPACTE)

Les explications fumeuses de M.Vuaillat qui désire visiblement rempiler n’apportent aucun élément permettant d’entrevoir une politique globale qui s’attellerait au problème sous tous ses aspects, avec une vision d’ensemble sur ce que doit devenir Grenoble.(DENSIFICATION DE L’AGGLOMÉRATION : LA COURSE AU BÉTONNAGE .Pour une autre orientation)

Notre photo, des demandeurs d’asile ,demandeurs de logement devant la Préfecture de l’Isère

Catégories : Actualité