ALLIBERT à GRENOBLE: MENACES de POLLUTION à L’AMIANTE

Publié par Les Républicains 38 le

Grenoble et tout spécialement le quartier Alliés/Alpins/Reyniés courent un danger du fait de la situation de la friche industrielle Allibert à laquelle un bidonville s’est accolé. Des centaines de personnes en provenance des pays de l’Est se sont agglutinés autour de ce bâtiment au fil des semaines suite à l’annonce par la municipalité Piolle (Verts/PG) selon laquelle  l’hébergement des étrangers en situation irrégulière était  » inconditionnel » à Grenoble.

Ce bâtiment contient une très forte proportion d’amiante.Ses fenêtres ont été démontées et récupérées par les occupants du bidonville qui pénètrent régulièrement dans l’édifice abandonné.

UN INCENDIE SUR ALLIBERT : GRENOBLE POLLUÉE

On sait que le centre Verlaine tout à côté qui abritait 80 étrangers en situation irrégulière a du être évacué à la suite d’un incendie. Par ailleurs vendredi dernier les grenoblois ont observé une colonne de fumée noire qui s’échappait de ce secteur polluant l’atmosphére d’une partie de la ville :un feu de pneus avait été déclenché avenue Esmonin au milieu du bidonville.

Si un incendie se déclenchait dans la friche Allibert la pollution serait considérable pour les occupants du bidonville ,le quartier et une partie de la ville. Compte tenu des mouvements de population autour et à l’intérieur de la friche industrielle personne ne peut exclure un accident.

Des habitants s’en sont ému à l’occasion d’une réunion de l’Union de Quartier Alliés/alpins/Reyniès qui s’est tenue la semaine dernière pour faire le point de la pétition lancée qui interpelle le Maire de Grenoble.

La friche Allibert avenue Esmonin à Grenoble : un bâtiment aux quatre vents bourré d'amiante

La friche Allibert avenue Esmonin à Grenoble : un bâtiment aux quatre vents bourré d’amiante


L’IRRESPONSABILITÉ de la MUNICIPALITÉ PIOLLE (Verts/PG)

En effet l’irresponsabilité de la municipalité Piolle (Verts/PG) éclate de jour en jour. La construction à la hâte de 22 chalets qui coûtent 200 000 € sur le site municipal du Rondeau ne résoudra rien.  57 Roms seront hébergés pour un coût de 55 000€ /mois.Mais les autres ? Tous ceux qui attendent et qui viennent à Grenoble pour être logés, nourris , soignés?

Par idéologie l’extrême gauche Grenobloise a ouvert une boite de Pandore et elle est dans l’incapacité de faire face aux problémes engendrés jetant des populations entières à la rue , déracinées et à la merci de tous les trafics. Créant à Grenoble un climat détestable.

AGGLUTINES CONTRE UN IMMEUBLE HYPER AMIANTÉ

Eric Piolle et son idéologue-communicant Erwan Lecoeur ont bien essayé de faire diversion avec les panneaux Decaux. il s’agissait d’occuper les médias avec un « débat » biaisé comme le systéme Avrillier/Comparat ( Verts/ades) sait les produire à Grenoble depuis 30 ans. Mal ficelé – il a fallu repousser le fin des sucettes de 3 mois- mal reçu – les associations culturelles et les opérateurs économiques locaux perdent un moyen d’information – coûteux – la ville perd 600 000€ de recettes- pas remplacé – les 300 Panneaux d’affichage sauvage ne sont pas financés- l’annonce en forme de  coup de com’ a fait long feu.

Le bidonville se développe contre la friche Allibert, avenue Esmonin  quartier Alliés Alpins à Grenoble

Le bidonville se développe contre la friche Allibert, avenue Esmonin quartier Alliés Alpins à Grenoble

LA MUNICIPALITE PIOLLE LAISSE FAIRE

Si les médias se mettent à s’intéresser à ce qui se passe sur le terrain Grenoblois pendant que Piolle communique, le risque est réel pour la municipalité: des centaines de personnes se frottent à des murs d’amiante avenue Esmonin sous le regard attendri de la municipalité Piolle. Un bâtiment véritable bombe de pollution potentielle est ouvert aux quatre vents et squatté par des populations qui allument des feux pour se réchauffer sans que la municipalité ne lève le petit doigt.

Si un drame se produit, pas certain que l’extrême gauche aux manettes à Grenoble trouve la rhétorique juste pour répondre à la condamnation  des Grenoblois.

Catégories : Actualité