« AGGLO APAISÉE »: + 63 % de DÉLINQUANCE à GRENOBLE par RAPPORT AUX VILLES COMPARABLES

Publié par user1 le

17 913 actes délinquants ont été commis en 2015 contre 11 350 dans des territoires comparables au notre a annoncé Bernard Cazeneuve, le Ministre de l’Intérieur lors de son récent passage à Grenoble.

Des chiffres qualifiés « d’atypiques » par le Ministre qui « constituent le marqueur d’une spécificité géographique  » ( DL du 19/1/16). On ne peut mieux dire.

E.PIOLLE (Verts/PG) A LIBÉRÉ la DÉLINQUANCE des DERNIERS FREINS

En annonçant à son arrivée à la Mairie que les 17 pauvres caméras de vidéo-protection qui restaient encore seraient supprimées, en conservant le même nombre de policiers municipaux non armés  dont il héritait , en refusant toute répression, Eric Piolle (Verts/PG) a libéré la délinquance des derniers faibles freins  qui demeuraient.

Les caves de Mistral appartenant à l'office HLM aménagées par les dealers avec caméras de vidéo surveillance dans la rue: M.Destot et J.Safar n'avaient pas entendu les marteaux piqueurs creusant des galeries souterraines...

( les caves de Mistral aménagées par les dealers reliées à des  caméras de vidéo surveillance dans la rue: il a fallu des marteaux piqueurs pour relier les caves entre elles et créer des souterrains et personne n’avait rien vu ni rien dit sous la municipalité Destot dont J.Safar (PS) était Adjoint à la sécurité…)

+ 55 % de DÉLINQUANCE dans les TRANSPORTS en COMMUNS

Si le résultat global est accablant pour les grenoblois victimes , en détail ils sont effrayants: après + 41 % d’augmentation des vols avec violence en 2014, ils avaient encore bondi de + 33% au premier semestre 2015 ( source Procureur de la République). Dans les transports en communs la délinquance a augmenté de + 55% au premier semestre ( source Semitag) .

Bus incendié un soir de match

« L’AGGLO APAISÉE » EST UN DANGER PERMANENT pour les FAMILLES

« L’agglo apaisée » est un danger permanent dont on se moque tant qu’on n’en a pas été victime. Mais des parents interdisent les transports en communs à leurs enfants, des personnes âgées ne sortent plus le soir et des adultes se posent des questions à la tombée de la nuit. Mais nombre d’agressions ont lieu en plein jour  dans le centre ville, à un arrêt de tram.

la violence est partout: ici quartier St Bruno

Sans changement de politique on voit mal ce qui  freinerait la gangrène grenobloise avec toutes ses conséquences sociales, économiques et sur le vivre ensemble.

Catégories : Echos