A51: L’OPPOSITION DEMANDE à A.VALLINI (PS) DE CHANGER LA POSITION DU CONSEIL GÉNÉRAL

Publié par Les Républicains 38 le

L’opposition départementale présidée par Pierre Gimel, Conseiller Général (UMP) de Clelles est lasse des atermoiements d’André Vallini sur l’achèvement de l’autoroute Grenoble Sisteron.
Depuis l’arrêt des travaux engagés pour cette autoroute à l’arrivée du gouvernement Jospin en 1997 par un accord PS/Verts soutenu par les Députés PS d’alors ( Migaud, Destot, Vallini) .(Autoroute A51:L’ARRÊT FIGURAIT DANS LE PROGRAMME JOSPIN.Les mensonges d’André Vallini ) jusqu’à aujourd’hui il n’y a qu’une famille politique qui n’a pas varié sur ce sujet : c’est l’UMP et plus largement les élus du centre, on non inscrits qui se sont toujours mobilisés.

LA GAUCHE A TOUJOURS FAIT BARRAGE À LA RÉALISATION

Jusqu’en 2002 la gauche a fait barrage étant au pouvoir national et local. À compter de 2002 toutes les collectivités PS unanimes ( Ville de Grenoble, Conseil régional, Métro, département ) se sont opposées à la réalisation. Les gouvernements successifs n’ont pas pu imposer au local une réalisation dont le local ne voulait pas.
D’autant plus aisément que ça permettait de servir d’autres régions demanderesses.

ANDRÉ VALLINI FAIT DE LA COM’

Devant la perte cruelle d’attractivité économique de l’Isère et spécialement de l’agglo, les suppressions massives d’emplois dans les travaux publics, le fait établi et constant que l’État ne transformera jamais les routes nationales existantes en  » liaison routières à caractère autoroutier » (selon la formule filandreuse de Michel Destot) André Vallini fait ce qu’il sait faire, de la com’..(M.DESTOT RAPPELLE SON OPPOSITION À L’AUTOROUTE GRENOBLE SISTERON)

Il demande de pétitionner auprès de seconds couteaux sans pouvoir, voire auprès du Ministre Délégué aux Transports qui a répondu par avance…(Autoroute A51:F.Cuvillier Ministre (PS) des Transports désavoue A.Vallini (PS))

PASSER LA PROCHAINE ÉCHÉANCE ÉLECTORALE

Il s’agit de « faire croire » qu’il est favorable, que le dossier avance ,afin d’essayer de passer la prochaine échéance électorale municipale comme il avait déjà passé une échéance cantonale sous les applaudissements des forces économiques puisqu’il s’engageait à réaliser le Tunnel sous la Bastille! (GRENOBLE/SISTERON: L’ENFUMAGE D’A.VALLINI ET DU PS CONTINUE)

Car la situation du chômage et des entreprises sont tels qu’en mars prochain les Isérois devraient demander des comptes au PS et à ses alliés. Il cherche donc des échappatoires.

C’est pourquoi le rappel fait par l’opposition départementale est bienvenu. Il est exprimé dans la revue du Conseil Général ( Isère Magazine).
Évoquant la « prise de position personnelle  » d’André Vallini et la nouvelle délibération du Conseil Régional Rhône-Alpes ( PS/Verts)(ALPES 1: « QUEYRANNE (PS) TEND À DONNER RAISON À ALAIN CARIGNON… ») réitérant son opposition constante à l’autoroute, les Conseillers Généraux d’opposition feignent de s’interroger: « Comment peut-on aujourd’hui expliquer que ces deux majorités, pourtant de la même couleur politique, ne soient pas en phase sur un tel sujet ? »

« NOUS DEMANDONS UNE DÉLIBÉRATION FAVORABLE À L’AUTOROUTE »

Et surtout ils attendent d’André Vallini qu’il passe des manoeuvres de communication à un positionnement clair : »Nous demandons que l’exécutif  du Département propose à notre assemblée une délibération favorable à l’achèvement de cette liaison pour que la position du président André Vallini ne reste pas lettre morte … Ce serait un premier pas vers le changement de position du PS que nous demandons localement depuis 15 ans » .

En effet la dernière délibération du Conseil Général d’octobre 2005, sur proposition d’André Vallini (!) rappelait son opposition à l’achèvement de Grenoble Sisteron exprimée depuis que le PS est devenu majoritaire à l’Assemblée Départementale.

S’IL SE RENIAIT, PORTERAIT IL VRAIMENT LE DOSSIER ?

On ne sait pas si André Vallini changeant officiellement d’avis et reniant sa position constante porterait ensuite vraiment le dossier auprès d’Hollande qui est le seul pouvant rompre l’accord PS/Verts de 1997 ? Car on ne l’a jamais vu plaider  un grand dossier départemental dépendant du national depuis qu’il est Président du Conseil Général, excepté son dossier personnel. Sans succès jusque là.

QU’IL FASSE VITE

Mais cette délibération officielle du Conseil Général serait un premier pas permettant aux oppositions de se battre dans les autres collectivités ( Ville, Métro, Région) pour leur demander de suivre le Conseil Général. Et si Grenoble et la Métro changeaient de majorités en 2014,les nouvelles équipes joindraient leurs délibérations favorables donnant le poids de la représentativité à cette demande.

Cette délibération demandée par l’opposition départementale au Conseil Général est donc une condition nécessaire. Si André Vallini reconnaît vraiment sa faute de 1997, qu’il fasse vite. Les emplois, notre région sont las d’attendre et de ne rien voir venir.

Une condition malheureusement pas suffisante pour rattraper les 16 ans que les élus PS ont fait perdre à Grenoble et à l’Isère.

Notre photo, Pierre Gimel ici à une réunion des « Primaires pour le Changement »

 

 

 

 

 

 

Catégories : Actualité