A.GERMAIN (PS) : C’EST LE VENT QUI TOURNE, PAS LA GIROUETTE

Publié par Les Républicains 38 le

Alors qu’elle espérait être candidate avec les Verts/Ades de la municipalité Piolle Amandine Germain (PS) s’était désolidarisée de son groupe au Conseil Général .

En effet quand André Vallini décidait brutalement de mettre fin au financement paritaire des Transports en communs Grenoblois elle voulait prouver par son abstention qu’elle était socialo/Verts/PG compatible. Peu importe que ceux ci affirment combattre le gouvernement et le bilan Vallini. Pourvu qu’on ait l’ivresse…

SA PRIORITÉ : SON SIÈGE de CONSEILLÈRE GÉNÉRALE

Sa priorité de politicienne ancienne attachée parlementaire du Sénateur PS Jacques Chiron  était de retrouver son siège de Conseillère Générale quel qu’en soit le coût politique. On connait ça au PS.

ELLE VOULAIT S’ALLIER avec LES VERTS/PG

Patatrac. La municipalité Piolle (Verts/PG) après l’avoir fait lambiner a décidé de refuser de constituer un binôme avec elle. Amandine Germain a hurlé à la mort et n’a plus eu de mots assez durs contre ceux avec lesquels elle voulait s’allier.

MAINTENANT ELLE JUSTIFIE l’ AMPUTATION des CRÉDITS !

Mais dans le « DL » (26/2) elle va encore plus loin. Aux côtés du PS maintenant elle justifie l’amputation des crédits des transports collectifs Grenoblois qu’elle avait refusé de voter ! Elle trouve excellente la décision du Conseil Général.

MAIS IL N’EST QUESTION QUE D’ÉTHIQUE

Bien entendu comme tous les élus socialistes elle fait beaucoup référence à  » l’éthique  » en politique et se revendique de  » la nouvelle génération  » politique. Toujours cette gauche d’autant plus « morale » qu’elle ne l’est pas.

Sa pratique en effet remonte à la nuit des temps de la vie publique: d’abord le poste. Espérons que les électeurs de Grenoble 4 ou elle se représente finalement sous l’étiquette PS sauront s’en rappeler.

Catégories : Echos