A 51, A 480: la MUNICIPALITE PIOLLE (Verts/PG) FAIT FEU de TOUT BOIS

Publié par user1 le

La municipalité Piolle poursuit sa tentative d’hégémonie de la pensée et tous les moyens sont bons. Ce samedi s’achève une exposition temporaire qui a bénéficié du cadre de l’ancien Musée de peinture, propriété municipale.

Un « collectif  » a exposé les oeuvres choisies par ses membres pour illustrer leur lutte contre… l’achèvement de l’autoroute Grenoble/Sisteron!

Parmi ce collectif évidemment citoyen, comme par hasard, figure un vétéran des Verts, de tous les combats électoraux, Jean Jonot, soutien actif de la municipalité Piolle.

TOUS les MOYENS et les EQUIPEMENTS PUBLICS

Ils sont si certains de leurs choix que -selon le DL » (5/9)- ils ont présenté leur exposition par cette phrase de Jean Ferrat et Georges Brassens: « Les artistes ne peuvent pas changer le mon­de, mais ils peuvent donner la conscience à chacun de la nécessité de le changer ».

Toujours cette même rhétorique distillée à tous les étages et à tous les niveaux, par tous les moyens et avec les équipements publics financés par l’impôt.

TOUS les CONFERENCIERS ETAIENT d’EXTRÊME GAUCHE

On se souvient que dans le cadre du mois de l’Europe, la municipalité avait fait plancher trois conférenciers engagés dont l’un pour défendre la gestion calamiteuse du gouvernement Grec d’extrême gauche.

On se demande si ceux qui estiment conforme à l’intérêt général l’achèvement de cette autoroute bloquée depuis 1997 par la coalition PS/Verts qui gouverne les collectivités locales pourraient bénéficier de la même ouverture d’esprit et d’une exposition sur fonds publics?

E.PIOLLE VEUT MAINTENIR le BOUCHON de A 480

Les élus Verts et l’extrême gauche pourtant élus par 40 % seulement des Grenoblois considèrent que leur idéologie est dominante et placent donc tous les organismes publics à son service.

Eric Piolle (Verts/PG) rappelait lui même lors de l’inauguration du Tram E son opposition à l’élargissement de A 480 : il préfère que les 120 000 véhicules/jour qui arrivent à Voreppe s’écrasent sur un goulot d’étranglement de voiries réduites. Les bouchons engendrés par cette situation sont considérables et les élus se gardent bien d’indiquer quelles en sont les conséquences en matière de pollution.

PAS de CARTE de la POLLUTION DANS l’AGGLOMERATION

La Métro et les organismes de contrôle de la pollution à sa main – Air Rhône-Alpes- se gardent bien d’établir une cartographie de la pollution de l’agglomération. Les « citoyens » – les vrais- risqueraient d’y voir trop clair sur les causes. Et les riverains des axes pollués par les bouchons, de Bouchayer Viallet aujourd’hui au Polygone demain risqueraient de demander des comptes.

ILS ONT CRAQUé pour l’ECHANGEUR du RONDEAU

Les élus Verts ont craqué sur l’échangeur du Rondeau. Ils se sont rendus à l’évidence refusée depuis 15 ans. Les 160 000 véhicules/jour qui empruntent cet escargot sont fortement ralentis par sa configuration. Les bouchons en sont la conséquence. Tout à coup Renzo Sulli qui n’a pas bougé depuis si longtemps que le PC est aux manettes d’Echirolles, Eric Piolle, Christophe Ferrari (PS) s’inquiètent des victimes de la pollution aux abords de l’U2. Ce sont pourtant leurs victimes.  Leur prise de conscience inévitable et tardive permettra une amélioration de l’échangeur vers 2024 ou 25 !

60 % des DEPLACEMENTS de l’AGGLO en VEHICULES INDIVIDUELS

Il reste à les faire bouger sur A 480 – même cause, même effets- et sur A 51. Car la réalité est toujours plus forte que les dogmes. Dans l’agglomération 60 % des déplacements s’effectuent en véhicules individuels après 40 ans d’investissements massifs pour les transports collectifs.

PLUS de TRAIN et UNE MAUVAISE ROUTE VERS le SUD

En direction du sud la gestion de la région Rhône-Alpes par la gauche et les Verts aboutit à la mise à mort prochaine de ce qui restait de la ligne ferroviaire Grenoble-Veynes. Les routes existantes qui devaient être améliorées selon le PS avec l’arrêt de l’autoroute au Col du Fau ne l’ont pas été. Tout le monde ne peut pas passer par Lus La Croix Haute en vélo.

La TRAVERSEE NORD/SUD de GRENOBLE ASPHYXIEE

Un jour ou l’autre il faudra se rendre à l’évidence et achever cette autoroute. Ce qui contraindra l’Etat à prendre en compte la traversée Nord/Sud de Grenoble afin d’assurer la continuité autoroutière. La situation de 1997 – date de l’accord Jospin/Voynet pour stopper l’autoroute- se retrouve exactement identique 20 ans après.

20 ANS de PERDUS et les GRENOBLOIS DOIVENT PAYER l’EXPO

20 ans de perdus en termes d’attractivité du territoire, de développement économique avec combien d’emplois envolés ?  Combien de kms de bouchons cumulés dans la traversée Nord Sud de l’agglo du fait de cette position idéologique?

Les grenoblois paient  ces retards. Avec l’opération de Jean Jonot et des Verts à l’ancien Musée de Peinture de la ville, ils doivent aussi payer pour l’exposition qui se félicite de leur asphyxie!

Photo: Jean Jonot (Verts/Ades) et le collectif qui a organisé une exposition de peinture à l’ancien Musée contre A 51 !

 

 

 

Catégories : Actualité